Ça chauffe entre Israël et le Hezbollah

Des tracts ont été lâchés mercredi par des appareils israéliens sur le Liban, mettant en garde la population contre le Hezbollah, alors que le chef de la diplomatie de l’Etat hébreu menaçait que "la situation actuelle ne pouvait durer" et qu’"Israël saura réagir".
Le même jour, un parachutiste civil israélien est tombé au Liban sud, près de la frontière israélienne, mais a réussi à regagner son territoire grâce au feu nourri de soldats israéliens intervenus pour le secourir.
Le largage de tracts intervient après les violents combats qui ont opposé lundi le Hezbollah à l’armée israélienne dans le secteur controversé des fermes de Chebaa, à la frontière, faisant quatre morts dans les rangs des combattants du mouvement chiite et 11 blessés parmi les soldats israéliens.
Des appareils israéliens ont lâché à l’aube des tracts sur Beyrouth, sa banlieue et le Liban sud, mettant en garde contre "le préjudice" qu’inflige au Liban le Hezbollah, soutenu par Damas et Téhéran.
"Le Hezbollah porte un fort préjudice au Liban. C’est un instrument entre les mains des maîtres syriens et iraniens", lit-on sur des tracts écrits en arabe, signés de "l’Etat d’Israël" et adressés aux "citoyens libanais".
"L’Etat d’Israël veille à la protection de ses citoyens et de sa souveraineté", avertissent les tracts largués par milliers. "Qui protège le Liban, qui vous ment ? Qui jette vos fils dans une bataille à laquelle ils ne sont pas préparés? Qui veut le retour des destructions ?", ajoute le texte.
L’armée libanaise a dénoncé, dans un communiqué, cet acte "qui monte les esprits contre la résistance (le Hezbollah)" et qui "révèle des intentions agressives de la part de l’ennemi israélien qui, dernièrement, a intensifié ses violations" du Liban.
Des habitants des quartiers du front de mer à Beyrouth et de la banlieue sud, où le Hezbollah est présent, ont retrouvé des tracts devant leurs maisons.
À Tyr, ville portuaire à une vingtaine de kilomètres de la frontière nord d’Israël, trois hélicoptères ont lâché trois gros paquets retenus par des parachutes.
Le Hezbollah a estimé que "l’ennemi incapable de nous affronter sur le terrain nous envoie des tracts". Après les lâchers de tracts, six avions israéliens ont survolé à moyenne altitude quatre localités du sud du Liban, Nabatiyé, Marjayoun, Hasbaya et Tyr, selon la police.
Le ministre israélien des Affaires étrangères, Sylvan Shalom, a affirmé mercredi que la "situation actuelle au Liban ne peut plus durer". "Personne n’ose désarmer le Hezbollah et déployer l’armée libanaise dans le sud du Liban (près de la frontière israélienne), cette situation ne peut plus durer et Israël saura réagir de façon appropriée au bon endroit", a-t-il dit. Le Hezbollah, dont le désarmement est exigé par la résolution 1559 de l’Onu, adoptée en septembre 2004, refuse de rendre les armes car il revendique le droit de libérer le secteur des fermes de Chebaa. Ce secteur, conquis par Israël sur la Syrie en 1967, est revendiqué par Beyrouth avec l’aval de Damas, mais l’Onu le considère comme territoire syrien.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *