Abdelali Benamour précise sa position à l’égard de la Caisse de compensation.

Suite à une information publiée dans notre édition n° 2381, nous avons reçu les précisions suivantes de la part de Abdelali Benamour, président du Conseil de la concurrence: «Dans votre numéro 2381, en date du 2 mars 2011, vous vous êtes référé à mon intervention sur 2M pour m’attribuer le fait que je réclame la disparition de la Caisse de compensation. Je me permets de préciser que ni moi ni le Conseil ne se sont inscrits dans cette orientation. En fait, suite à une question qui a été posée par un journaliste de 2M après notre session ordinaire du 24 février 2011 programmée depuis le début de l’année sur les saisines reçues en 2010, j’ai indiqué qu’il y en avait une, provenant de Monsieur le Premier ministre et concernant les produits dont les prix sont fixés par les pouvoirs publics, et que si le Conseil a recommandé le maintien des choses en l’état, il se propose de mener une étude sur les possibilités d’évolution en la matière. C’est dans ce cadre que j’ai émis un avis personnel lors de cette interview et que j’ai eu l’impression que vous vous êtes arrêté à mi-chemin de ma déclaration. J’ai dit et je le répète qu’il faut réfléchir sur une réforme qui préserve le soutien au budget familial des classes populaires économiquement faibles, mais tout en évitant que même les catégories sociales les plus aisées puissent bénéficier de l’action de la Caisse de compensation, ce qui dégagerait des moyens permettant plus d’aides aux catégories sociales défavorisées».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *