Activisme intéressé

C’est surprenant comment on peut oser dans certains milieux demander au Maroc d’autoriser ce qu’aucune démocratie dans le monde ne tolère. Human Rights Watch (HRW) a tenu une conférence de presse à Rabat pour dire aux Marocains qu’il faut qu’ils acceptent la création, sur le territoire national, d’associations séparatistes. Rien que cela !
En lançant cet appel, les gens de HRW confirment que tout ce qui se disait sur leur alignement, intéressé, sur la position du Polisario est vrai. Ils en donnent la preuve publiquement et ouvertement. D’abord, le timing de leur sortie médiatique est synchronisé d’une manière flagrante avec la fin de la session de formation que venaient de suivre, à Tindouf, les agents du séparatisme polisarien à l’intérieur du territoire national. La stratégie algérienne est claire. Après avoir perdu la bataille diplomatique grâce à l’initiative courageuse basée sur «la proposition d’autonomie», ils veulent redéployer leurs efforts sur les provinces du Sud en actionnant des traîtres qui feront croire que l’indépendance est une demande populaire. Ce qui n’est nullement le cas. La deuxième preuve de la mauvaise foi et de la manipulation des gens de HRW par les services algériens est le fait qu’ils viennent préparer le terrain à la horde des agents du Polisario pour qu’ils puissent s’activer au Maroc. En fait, ils savent que le Maroc n’autorisera jamais la création d’associations séparatistes, mais en plaçant la barre très haut, ils veulent juste obtenir une tolérance des actions séparatistes.
Pourtant, HRW sait qu’il n’existe aucun pays dans le monde qui fait cela. Le cas de Batasuna en Espagne est très significatif à cet égard. Cette organisation séparatiste basque a été dissoute et interdite par le gouvernement espagnol à maintes reprises et à chaque fois qu’elle renaissait sous un nom différent. Et même quand ses dirigeants ont eu recours à la Cour européenne des droits de l’Homme pour statuer sur la dissolution de leur organisation par le gouvernement espagnol, le jugement de la Cour européenne était ferme. Son verdict, prononcé le 30 juin 2009, a rejeté le recours de Batasuna en considérant que cette organisation constitue un danger pour la démocratie.
Voilà une fatwa émanant de la Mecque des droits de l’Homme en Europe à laquelle les membres de HRW devraient se conformer et mettre fin à leur activisme pro-polisarien au nom des droits de l’homme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *