Affaire Essabar : le FBI récompense Microsoft

Affaire Essabar : le FBI récompense Microsoft

Le FBI (Bureau fédéral des investigations) vient de récompenser neuf hauts cadres de la firme Microsoft pour leur collaboration dans l’affaire du virus Zotob qui aurait été créé et diffusé par le jeune marocain Farid Essabbar.
Au nom de Robert Mueller, patron du FBI, les neuf cadres de Microsoft se sont vu remettre, lundi à Washington, des certificats reconnaissant le "service exceptionnel rendu à la nation" américaine. Les neuf cadres de Microsoft sont ainsi récompensés, affirme un communiqué du FBI, pour le coup de main apporté aux enquêteurs pour résoudre l’affaire du virus Mytob/Zotob au début de l’automne 2005. Les enquêtes avaient mené à l’arrestation de trois personnes dont le jeune Marocain Farid Essabbar, présenté à l’époque comme le principal accusé. Mais aussi un autre Marocain, Achraf Bahloul (condamné à un an de prison) et le Turc Atilla Ekici dont le procès est toujours en cours.
Le trio est accusé notamment d’avoir affecté les ordinateurs et systèmes informatiques de plusieurs compagnies mondiales dont au moins une centaine de grosses structures américaines : ABC, CNN et Daimler Chrysler…
Toutefois, selon des sources judiciaires, la sur-médiatisation de cette affaire a fait de Farid Essabbar un grand dans la cour des "crackers" alors que son rôle se serait limité à diffuser le virus, pas plus. Vers la mi-août 2005, le virus Zotob avait commencé à faire beaucoup de dégâts un peu partout dans le monde et notamment aux Etats-Unis. Le 22 du même mois, deux équipes du FBI ont été déployées au Maroc et en Turquie pour agir de manière simultanée. Deux jours plus tard, Farid Essabbar est arrêté à Rabat, à "Labouitate" au quartier Yacoub El Mansour.
Farid Essebar, alias «Diab10», se serait limité à transmettre le virus «Mytob» au Turc Ekici, nom de code «Coder». Le jeune Turc, en collaboration avec d’autres crackers, aurait amélioré ce virus pour en faire un des plus dévastateurs et de le lâcher sur Internet avec une préférence pour les systèmes Windows 2000 et XP de la firme de Bill Gates.
Farid Esseabbar qui venait, à l’époque, d’avoir 18 ans, est né en Russie de père marocain et de mère russe. Ses parents s’étant séparés, sa mère a regagné la Russie où elle s’active dans l’immobilier. Farid est resté près de son père et une tante.
Après un bref séjour en Russie, Farid Essabbar rentre au Maroc et est de nouveau contacté par Ekici. Le jeune Marocain arrive à se procurer une version du virus «Mydoom» auprès d’un cracker britannique répondant au pseudo «Uncanny» et la transmet au cracker turc qui y introduit une série d’améliorations avant de perpétrer les attaques que l’on connaît.
Depuis près d’une année, la DGSN dispose d’une cellule dédiée à la lutte contre le cyber-crime. Ses éléments font partie de 100 ingénieurs relevant de la Division informatique de la police nationale. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui avaient procédé au diagnostic de l’ordinateur portable de Farid Essabbar. Parmi les neuf cadres de Microsoft récompensés par le FBI, on ne retrouve aucun collaborateur marocain.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *