Affaire Hannibal Kadhafi : Zahra El Kachanni rentre au pays

Affaire Hannibal Kadhafi : Zahra El Kachanni rentre au pays

La mère du jeune Marocain accusant Hannibal Kadhafi de maltraitance devait rentrer au Maroc mercredi 13 août 2008. Son avion devait atterrir à l’aéroport international Mohammed V à 16 heures. 
Zahra El Kachanni affirme que les autorités marocaines l’ont soutenue et que les autorités libyennes se sont comportées d’une manière correcte avec elle, selon une source proche du dossier. «Le devoir de l’Etat marocain est d’être du côté de ses citoyens», souligne cette source. L’arrivée de Zahra El Kachanni sur le territoire marocain met fin à une polémique lancée, il y a quelques jours, par François Membrez, l’avocat de cet employé marocain accusant le plus jeune fils de Mouammar Kadhafi de maltraitance.
Dans une récente déclaration au quotidien suisse Le Temps, cet avocat suisse a annoncé que la mère de son client est prise en otage en Libye.  Lundi 11 août, la justice genevoise a annoncé qu’elle devait s’exprimer sur l’affaire Hannibal Kadhafi cette semaine. Selon une information recueillie au Palais de justice, le procureur général ne compte pas classer la procédure, comme le réclame haut et fort Tripoli. L’affaire remonte à la mi-juillet, à Genève, lorsque Hannibal Kadhafi et son épouse ont été accusés d’avoir maltraité deux domestiques, un Marocain et une Tunisienne. Après deux jours de détention, le fils du leader libyen, 32 ans, a été libéré suite au versement d’une caution de 123.500 euros. Pour son épouse, Aline Kadhafi, âgée de 30 ans, le montant a été fixé à environ 185.200 euros. Selon le procureur général genevois, la solution pourrait venir des deux domestiques s’ils décident de retirer leur plainte.  Cette affaire a envenimé les relations entre la Suisse et la Libye. Fin juillet dernier, Tripoli a commencé par déconseiller à ses ressortissants de se rendre en Suisse pour éviter de faire face à des «mesures arbitraires», selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. «Du fait des mesures arbitraires, du non-respect et de l’humiliation infligés par les autorités suisses aux citoyens arabes et libyens, (le ministère) déconseille aux citoyens de la Grande Jamahirya de se rendre en Suisse pour éviter de faire face à de telles mesures arbitraires», a indiqué le ministère sur son site Internet.
Tripoli ne s’est pas limitée uniquement à déconseiller le territoire genevois à ses ressortissants, elle a également ordonné la fermeture des entreprises suisses dans le pays. En effet, les bureaux du groupe alimentaire helvétique Nestlé et de son compatriote ABB en Libye ont été fermés et leurs responsables placés en garde à vue durant plusieurs heures.  Tripoli pourrait également retirer tous ses avoirs dans les banques suisses, a menacé un autre responsable sous couvert de l’anonymat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *