Agences de développement : Pour préserver l’autonomie de gestion des Agences de développement

Agences de développement : Pour préserver l’autonomie de gestion des Agences de développement

Les Agences de développement et de promotion des provinces du Nord, du Sud et de l’Oriental seront désormais autonomes. Un communiqué du Cabinet royal vient d’annoncer que SM le Roi Mohammed VI  a donné ses Hautes instructions au gouvernement pour préserver l’autonomie de gestion de ces trois agences. «Suite à la publication au Bulletin officiel du décret relatif aux attributions du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’espace, Sa Majesté le Roi, que Dieu L’assiste, a donné ses Hautes instructions au gouvernement pour préserver l’autonomie de gestion des Agences de développement et de promotion des provinces du Nord, du Sud et de l’Oriental, tout en veillant, à travers un comité de direction composé de départements transversaux, à assurer une cohérence et une coordination de leurs actions au niveau territorial», précise-t-on dans ce communiqué du Cabinet royal. Selon la même source, ces mesures, qui s’inscrivent dans le cadre de la politique de décentralisation et de renforcement des pôles territoriaux, devraient permettre de consolider l’efficacité de ces Agences dans leur rôle d’impulsion, d’accompagnement des grands chantiers de l’Etat et de convergence avec les programmes et projets de l’Initiative nationale pour le développement humain. La plus jeune de ces trois agences est celle chargée des provinces du Sud. À l’instar de celles du Nord et de l’Oriental, l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume a pour mission d’étudier et de proposer des stratégies de développement, de fédérer les efforts des différents départements ministériels et de rechercher les moyens de financement nécessaires en vue de favoriser la conception et la réalisation de projets à impact économique et social certain. L’intervention de l’Agence du Sud porte sur 58% du territoire marocain (Guelmim-Es-Smara, Laâyoune-Boujdour-Sakia-el-Hamra, et Oued-ed-Dahab-Lagouira) et sur une multitude de secteurs d’activité économique (Villages de pêche, Infrastructure, Habitat et développement urbain, Agriculture et élevage, Tourisme et artisanat, etc.)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *