Alger : Une visite qui fait date

Mme Alliot-Marie aura samedi et dimanche des entretiens avec les principaux responsables du pays, dont le président Abdelaziz Bouteflika. Elle devrait également rencontrer des intellectuels et membres de la société civile, notamment des femmes, selon son cabinet.
La visite de Mme Alliot-Marie intervient quelques jours après celle en début de semaine de son collègue des Affaires étrangères, Michel Barnier, six semaines après celle du ministre des Finances, Nicolas Sarkozy et trois mois après celle du président Jacques Chirac. Pour le ministère de la Défense, « c’est une visite qui s’inscrit clairement dans le cadre des relations politiques entre les deux pays ».
« Ce déplacement a une symbolique très forte », juge un haut responsable du ministère de la Défense, pour qui « le moment est venu d’un tel déplacement qui constitue un signe très fort de normalisation des relations ».
Un diplomate reconnaît cependant que « les cicatrices ne sont pas totalement refermées de part et d’autre: quand on parle d’armée française en Algérie, cela réveille des souvenirs, et côté français, on touche à des points très sensibles ».
A Alger, le quotidien gouvernemental “El Moudjahid” a estimé qu' »un tabou va être balayé » avec cette visite, tandis que Le quotidien d’Oran évoque « une course aux positions stratégiques entre les Etats-Unis et la France ».
« Militaires français et algériens ont gardé peu de liens, si ce n’est aucun. 29 ans de non-dialogue entre deux pays qui se font face (…). Ce vide a été comblé par les militaires américains qui font preuve d’agressivité dans leur approche (…) », indique ce journal.
La France est le premier partenaire de l’Algérie et considère que le moment est venu « de voir ce qu’on peut faire ensemble en matière de défense », juge-t-on désormais à Paris.
Les entretiens qu’aura Mme Alliot-Marie samedi et dimanche porteront notamment sur la lutte contre le terrorisme et la sécurité dans la région méditerranéenne.
Actuellement, les échanges en matière de défense se limitent à l’envoi de quelques officiers algériens pour des formations en France; et Paris souhaite développer les escales et exercices conjoints avec Alger en Méditerranée et les échanges de personnel militaire.
Le ministère de la Défense envisage la signature d’un accord de coopération sur ces points, ainsi que sur le statut des forces présentes dans l’un et l’autre pays. En matière d’équipement, les Algériens sont dotés d’avions de chasse Mig et les Etats-Unis comme la Grande-Bretagne sont sur les rangs des fournisseurs potentiels d’Alger.
Le président Bouteflika fait, de son côté, partie des personnalités étrangères invitées par Jacques Chirac à assister à la cérémonie internationale prévue sur le porte-avions Charles De Gaulle le 15 août, à l’occasion du 60ème anniversaire du débarquement allié en Provence (sud-est).

• Emmanuel Serot (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *