Algérie : la LADDH réclame une commission d’enquête indépendante sur les disparitions

Ali Yahya Abdennour, président d’honneur de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), a demandé mercredi la création d’une commission indépendante, composée des partis politiques et des différentes organisations de la société civile, pour enquêter sur le dossier des disparitions forcées en Algérie.
Lors d’une journée d’étude sur les droits de l’Homme organisée à Alger en collaboration avec la fondation Frierdrich Ebert, la LADDH a réitéré sa  demande d’engager des poursuites contre les responsables des disparitions.
Le nombre de dossiers parvenus à l’organisation de la part des familles des disparus s’élève à 7402, a indiqué M. Abdennour, précisant que le nombre réel se situe à quelque 18.000 disparus, compte tenu du fait que nombre de familles n’ont pas osé porter plainte, par crainte de tracasseries.
Le secrétaire général de la LADDH, Hussein Zahouane, qui a succédé à Ali Yahia Abdennour lors du congrès de cette ONG, en juillet dernier, a pour sa  part souligné que le meilleur moyen d’éviter la répétition de telles violations  graves des droits de l’Homme en Algérie consiste en la ratification de la  convention internationale pour la protection des personnes contre les  disparitions forcées, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 18  décembre 1992.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *