Algérie : les universités paralysées

La grève observée samedi par les enseignants universitaires algériens, a été largement suivie, affirme le conseil national des enseignants du supérieur (CNES, syndicat autonome). Faric Cherbal, coordinateur national-adjoint du CNES chargé de la région du centre, a fait état d’un taux de suivi de 60%, notamment au niveau  de l’université de Bab Zouar. Déclenché en appui à des revendications d’augmentation de salaires, d’élaboration d’un statut particulier de l’enseignant chercheur, de règlement du problème du logement et de démocratisation de la gestion des universités,  le mouvement de protestation, selon M. Cherbal, a eu un écho favorable dans  d’autres universités comme celles de Jijel, Mascara et Blida.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *