Amalou face à lui-même

“Je recevais des instructions que je devais exécuter”. C’est en ces termes que Abderrahmane Amalou, invité par les membres du Bureau politique qui se sont réunis lundi 23 février à Casablanca à rendre des comptes sur son rôle dans la fameuse campagne d’assainissement de 1995, a expliqué son rôle de ministre de la Justice UC dans cette affaire.
Soutenu par de nombreuses figures du parti représentant le courant des réformateurs qui estime que le comportement de M. Amalou dans cette opération a porté beaucoup de tort au parti, le député d’Azemmour Zakaria Semlali a demandé le gel de la participation de l’intéressé dans les instances du parti. Réponse du secrétaire-général Mohamed Abied dans une semaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *