Après Ivan, Jeanne

Alors qu’Ivan disparaissait, Jeanne se trouvait dimanche au nord de l’archipel des Bahamas, selon le Centre national des ouragans (NHC), basé à Miami, en Floride, qui a averti que la tempête pourrait reprendre de la vigueur dans les prochains jours. Jeanne, quatrième grande dépression tropicale de l’été dans les Caraïbes, après Charley, Frances et Ivan, a fait sept morts en République dominicaine et deux à Porto Rico, que M. Bush a déclaré samedi zone sinistrée, une décision ouvrant la voie au déblocage d’urgence de fonds fédéraux. De plus, des milliers de personnes ont été évacuées de leurs habitations dans le nord et le nord-ouest de l’île d’Hispaniola (République dominicaine et Haïti).
Le NHC a émis sa dernière alerte concernant Ivan, samedi soir, mettant en garde contre les inondations que le cyclone, devenu tempête tropicale, pouvait laisser derrière lui en partant vers l’océan Atlantique. Le chapitre Ivan semble clos sur un bilan d’au moins 108 morts, dont 38 aux Etats-Unis, où le dernier décès a été recensé, dimanche, au large de Long Island, près de New York, après la noyade d’un marin, dont l’embarcation a chaviré au cours d’une course de bateaux. Un peu plus tôt, la police avait annoncé la mort de deux femmes, tuées samedi par la chute d’un arbre qui s’est abattu sur leur maison, dans le Maryland. Pour se rendre compte des dégâts, le président américain, George W. Bush, doit se rendre, dimanche, dans les Etats d’Alabama et de Floride. Il s’agira de sa troisième visite en Floride, depuis le 15 août, pour y inspecter les ravages d’un cyclone, après ceux provoqués par Charley et Frances.
Dans le nord-ouest de cet Etat – le plus touché des Etats-Unis avec 19 morts -, l’électricité n’était pas rétablie dimanche matin et, dans la nuit de samedi à dimanche, des files d’attente étaient enregistrées aux stations service. Après avoir frappé la Floride et les régions adjacentes de l’Alabama, plusieurs maisons avaient été endommagées et des routes inondées en Virginie, vendredi soir, et les contrecoups d’Ivan ont été ressentis jusqu’à Washington, la capitale fédérale. Au total, les dégâts provoqués par Ivan aux Etats-Unis ont été évalués entre 4 et 10 milliards de dollars. Des milliers d’habitations ont été détruites et des milliers de membres de forces de sécurité ont été envoyés dans les zones sinistrées pour rechercher d’éventuelles victimes et éviter les pillages.
Avant d’atteindre les côtes américaines, le cyclone avait tué 70 personnes dans les Caraïbes. L’île de la Grenade a été la plus sévèrement touchée avec au moins 37 morts et plus de 90% de ses constructions endommagées ou détruites. Selon l’ambassadeur de France auprès des Etats de la Caraïbe orientale, en résidence à Sainte-Lucie, Bernard Venzo, qui s’était rendu vendredi à Grenade, le pays est dans un état de « très, très grande désolation ». En Jamaïque, la police a fait état de 21 morts. Le cyclone a aussi coûté la vie à cinq personnes au Venezuela, quatre en République dominicaine, trois à Haïti et une à Tobago.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *