Atténuer la pauvreté

Intervenant, mercredi, lors du débat du Conseil économique et social de l’ONU sur le thème «L’éducation et la santé au service du développement», le représentant permanent du Maroc auprès des Nations-Unies, Mohamed Bennouna, a affirmé que la valorisation de l’aspect humain est fondamentale dans le processus de développement car elle contribue à atténuer la pauvreté, à promouvoir la croissance économique et à améliorer la situation dans les domaines de la Santé et de l’Education.
Commentant le thème retenu cette année, l’ambassadeur du Maroc a souligné qu’on ne peut améliorer l’état de santé d’une population sans éducation, de même, on ne peut réussir son éducation sans qu’elle soit physiquement apte à la recevoir jugeant que l’investissement dans les deux secteurs a un effet multiplicateur indéniable pour le développement humain et la lutte contre la pauvreté. M. Bennouna a plaidé également en faveur d’un système éducatif performant et évolutif, et intégrant la fille et la femme car, a-t-il souligné, l’éducation de ces deux catégories sociales constitue un investissement socioéconomique que les pays en développement doivent entreprendre. Il a ajouté que la généralisation de l’enseignement et de l’éducation dans les zones rurales, qui sont les plus touchées par l’analphabétisme, demeure une condition essentielle pour la réussite des systèmes d’enseignement et des modèles de développement socioéconomique. M. Bennouna a indiqué que l’usage massif des technologies de l’information et de la communication est crucial pour la modernisation des systèmes éducatifs dans les pays en développement et pour la formation d’une main-d’oeuvre opérationnelle et compétitive dans le contexte de la mondialisation.
Pour ce qui est de l’Afrique, le représentant permanent du Maroc auprès es Nations-Unies a relevé que l’éducation de la fille et de la femme constitue le meilleur garant pour lutter efficacement contre les pandémies dont le VIH-Sida, mais également pour relever le niveau et la qualité de la participation de la femme africaine au développement économique et social, précisant que la première priorité demeure la lutte contre l’analphabétisme et son éradication à terme.
L’ambassadeur Bennouna a illustré son propos par des initiatives prises au Maroc. Outre la proclamation de la décennie nationale de l’éducation et de la formation, il a cité entre autres le programme de réforme du système éducatif ainsi que le plan quinquennal pour le développement économique et social (2000-2004) qui accorde à la santé une place centrale dans le processus de développement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *