Ben Laden fait parler de lui

L’agence Associated Press a obtenu une vidéocassette dans laquelle un homme au visage dissimulé par un turban noir affirme en arabe qu’Al-Qaïda est responsable des attentats-suicide en Arabie Saoudite et au Maroc, qu’Oussama ben Laden vit en Afghanistan et que d’autres attentats sont à prévoir.
Si cette bande est authentifiée, c’est la première fois que le réseau d’Oussama ben Laden revendique les attentats de Riyad du 12 mai, qui ont fait 35 morts dont neuf terroristes, et de Casablanca, qui ont fait 43 morts dont 12 kamikazes.
La cassette a été obtenue auprès d’un haut responsable du renseignement pour le chef de guerre afghan pachtoune Gulbuddin Hekmatyar, allié d’Al-Qaïda et des Taliban.
L’homme de la vidéo dit s’appeler Abou Haris Abdul Hakim et s’exprimer au nom d’Al-Qaïda, des Taliban et de l’organisation de Hekmatyar, le Hezb-i-Islami (Parti islamique). Il ne précise ni sa nationalité ni son appartenance à l’un de ces groupes.
"Les récentes attaques à Riyad et au Maroc ont été planifiées et faisaient partie de nos opérations martyres. Vous en verrez d’autres à l’avenir", dit-il. Le responsable du renseignement a confirmé que l’homme s’exprimait pour le Hezb-i-Islami, ajoutant que cette organisation travaillait pour Al-Qaïda et les fondamentalistes afghans renversés par les Américains. Sous le régime de ces dernier, Hakim parlait pour Al-Qaïda dans les interviews avec l’agence de presse officielle Bakhtar.
Sur la vidéo, il est assis sur un sol recouvert de paille, dans une cabane de boue séchée, un fusil d’assaut Kalachnikov à côté de lui. Il lit plusieurs feuilles de papier.
"Ceux qui disent que notre ‘djihad’ (‘guerre sainte’) est une erreur et que nous ne sommes pas actifs se trompent. Oussama est vivant et en Afghanistan. Le djihad est obligatoire pour tous les Musulmans dans la situation actuelle", ajoute-t-il. "Nous sommes vivants et avons recommencé les opérations. Et très bientôt nous présenterons les Américains et leurs agents devant la justice."
Le porte-parole montre à la caméra une pancarte sur laquelle est écrit "14 juin", mais il est impossible de confirmer que c’est la date de l’enregistrement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *