Beyrouth cherche à allier sécurité et hospitalité pour le Sommet arabe

Le Liban a entrepris de faire rimer sécurité avec hospitalité à l’occasion de la première grande manifestation internationale qu’il abritera depuis la guerre civile de 1975-1990. Beyrouth, qui aurait dû accueillir à l’automne dernier son premier Sommet francophone si les attentats du 11 septembre n’avait entraîné son report d’un an, accueille les 27 et 28 mars un Sommet crucial de la ligue arabe.
Cette conférence doit débattre en effet de l’offre de l’Arabie Saoudite de normaliser complètement les relations arabo-israéliennes contre un retrait total des territoires occupés en 1967.
Israël a fait savoir à Yasser Arafat, bloqué à Ramallah depuis le début du mois de septembre, qu’il pourrait se rendre à Beyrouth pourvu que la trêve relative de ces dernières 48 heures prenne racine. L’enjeu et le site du sommet ont amené le gouvernement libanais à multiplier les mesures de précaution pour bien prouver que le pays est sécurisé sans pour autant ternir son image d’hospitalité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *