Bush tente d’enrayer la polémique

Les attaques, qui sont devenues le lot quotidien des soldats servant en Irak, ont fait lundi un mort et six blessés dans les rangs américains. Le général Tommy Franks qui a commandé l’armée américaine pendant la guerre d’Irak a indiqué récemment que les troupes de Washington étaient attaquées jusqu’à 25 fois par jour. Lundi toujours, une attaque à la grenade a eu lieu dans le centre de Bagdad, à proximité d’un bâtiment réquisitionné par les forces américano-britanniques, mais n’a fait aucune victime. Un groupe inconnu « le mouvement du jihad Irakien », a affirmé dans un communiqué qu’il multiplierait les attaques contre les troupes américaines en Irak. C’est le deuxième groupe inconnu revendiquant des attaques anti-américaines à se manifester en l’espace de deux jours. Aux Etats-Unis, le président américain George W. Bush, sur la défensive face à la polémique pour ses déclarations controversées concernant des tentatives irakiennes d’achat d’uranium au Niger, a maintenu lundi que la guerre contre l’Irak était bien justifiée. Le président américain, confronté à des interrogations et critiques croissantes dans la presse et au Congrès, a défendu la qualité des services de renseignements américains, comme la CIA, elle-aussi sur la sellette. « Je pense que les renseignements que je reçois sont excellents. Et ceux-ci étayent les discours que je donne », a dit M. Bush, « je suis absolument convaincu aujourd’hui, comme je l’étais lorsque j’ai prononcé ces discours, que (l’ancien président irakien) Saddam Hussein avait développé un programme d’armes de destruction massive et que notre pays a pris la bonne décision » en entrant en guerre pour renverser le régime. La Maison Blanche a reconnu il y a une semaine que le fait d’avoir mentionné des tentatives d’achats d’uranium en Afrique par Bagdad dans le discours présidentiel sur l’état de l’Union le 28 janvier dernier avait été une erreur. Mais le gouvernement Bush s’est défaussé sur la CIA, affirmant que celle-ci avait validé les renseignements présentés par le président. Pourtant, la presse américaine laisse entendre que la CIA avait depuis longtemps des doutes sérieux sur la crédibilité des informations concernant cet aspect des projets nucléaires irakiens. George Tenet, le patron de la Agence a reconnu récemment qu’il y avait eu un problème, et a indiqué que, les renseignements sur le Niger, avaient été transmis par les Britanniques, lesquels ont affirmé que leurs informations provenaient de services étrangers. La presse d’outre-Manche, elle, a carrément mis en cause la France et l’Italie dans cette affaire, mais, après Rome, Paris a démenti ces « insinuations ». Un peu plus tard, le département d’Etat, qui avait été le premier organe officiel américain a publiquement identifié le Niger comme l’une des sources possibles d’uranium pour l’Irak, a reconnu avoir fait une erreur en avançant le nom de ce pays africain, dans un document rendu public en 2002. A Bagdad, plusieurs membres du Conseil de gouvernement transitoire, premier exécutif irakien de l’après-guerre entré en fonction dimanche, ont rencontré lundi des experts de la Banque mondiale (BM), qui devaient les conseiller sur les moyens de relancer l’économie nationale. Sur le plan diplomatique, les Etats-Unis ont affiché lundi leur déception après que le gouvernement indien eut décidé de ne pas envoyer des soldats participer à la force de stabilisation en Irak sous commandement américain, pour laquelle les Etats-Unis souhaitent la participation de nombreux pays afin de se décharger du fardeau que représente le maintien de l’ordre dans le pays. En France, le président Jacques Chirac a affirmé qu’une participation militaire française en Irak « ne peut se concevoir dans le cadre actuel ». , a indiqué mardi l’Elysée. Dans une interview publiée jeudi dans Le Figaro, le ministre français des Affaires étrangères, M. de Villepin, avait affirmé que toute participation militaire de la France en Irak « ne pourrait être éventuellement envisagée que dans le cadre d’une force de paix des Nations unies ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *