Camps de Tindouf : un réseau africain appelle à la libération des séquestrés

Les participants à un atelier sur le genre, organisé à Hammamet en Tunisie par le réseau libéral africain, ont appelé dimanche à l’issue de leurs travaux, à la libération des femmes et des enfants séquestrés dans les camps de Tindouf en territoire algérien. Les recommandations issues de cette rencontre initiée par l’Internationale libérale, appellent à la «libération des femmes et des enfants séquestrés dans les camps de Tindouf dans des conditions dégradantes et inhumaines». Ces recommandations contenues dans un document baptisé «Appel de Tunis», traitent également d’autres questions relatives notamment à la situation de la femme dans les pays africains, le rôle des partis libéraux africains dans la consécration de l’approche genre et la promotion de la situation de la femme. Le rôle de la femme africaine dans le développement de l’Afrique et l’incitation de la femme à participer à la vie politique, figurent parmi les thématiques débattues lors de cet atelier de deux jours organisé par l’internationale libérale dont le siège est à Londres. Ont prit part à cette rencontre, marquée aussi par la présentation de plusieurs expériences réussies, des représentants de plusieurs partis politiques membres du réseau libéral africain venus de 15 pays du continent, dont le Maroc représenté par l’Union constitutionnelle (UC) en la personne de Samira Yassni. Dans son intervention, à cette occasion, Mme Yassni a donné un aperçu sur l’expérience marocaine concernant l’approche genre et présenté les réalisations du Royaume visant à renforcer les droits de la femme et l’associer à la dynamique de développement que connaît le Royaume dans divers domaines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *