Combien coûte un ambassadeur irakien?

L’ambassadeur d’Irak à Bucarest, M. Saad H. Majid, a affirmé mercredi, lors d’une conférence de presse, avoir fait l’objet d’une tentative de «retournement» de la part des services secrets roumains. Cette affirmation de l’ambassadeur a aussitôt été démentie par les autorités roumaines, selon lesquelles il s’agit de «pure propagande».
Selon M. Majid, cet incident aurait eu lieu lundi soir, lors d’un entretien avec un haut responsable du ministère des Affaires étrangères, M. Radu Onofrei, au siège du ministère. «Lorsque M. Onofrei a quitté la salle pour quelques minutes, une personne, qui s’est présentée comme étant officier des services de renseignements, est venue me parler», a raconté M. Majid. Selon lui, cette personne lui a proposé de «collaborer» en échange de «protection et d’avantages matériels importants» pour lui et sa famille, une offre «rejetée aussitôt» par le diplomate.
Le ministère roumain des Affaires étrangères a confirmé l’entretien de lundi, au lendemain de l’expulsion par Bucarest de cinq diplomates irakiens soupçonnés d’espionnage, ainsi que la présence d’un «officier des services de renseignements» à cette rencontre sollicitée par M. Majid. «Aucune démarche telle que celle évoquée par le diplomate irakien n’a eu lieu au cours de cet entretien», a déclaré le porte-parole du ministère, Cosmin Dobran. «De telles allégations représentent de la pure propagande, visant à détourner l’attention du vrai problème, celui de l’activité des ressortissants irakiens» expulsés, a-t-il ajouté. M. Majid, qui a protesté auprès du ministère après cet incident, a par ailleurs affirmé que parmi les cinq diplomates expulsés figuraient en fait le «directeur de l’école irakienne de Bucarest, le jardinier, ainsi que deux membres du personnel technique et administratif de l’ambassade».
Selon lui, le cinquième diplomate, déclaré «indésirable» par Bucarest, le deuxième secrétaire de l’ambassade, avait déjà quitté la Roumanie «choqué, après avoir été approché dans la rue par un membre des services secrets britanniques». Bucarest a annoncé lundi avoir expulsé cinq diplomates irakiens en raison d’une «incompatibilité de leurs activités» avec la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. Quatre des cinq diplomates ont été expulsés le week-end dernier, tandis que le cinquième avait quitté le pays avant que cette mesure ne lui soit notifiée par les autorités.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *