Cordialité diplomatique

Le lancement à Casablanca de la version arabe du bulletin économique espagnol «Casa Arabe» (voir page 8) a été l’occasion pour plusieurs intervenants du monde de la politique et des affaires de passer en revue l’évolution des relations maroco-espagnoles ces dernières années.
Toutes les interventions ont mis l’accent sur les bonnes relations qui existent aujourd’hui entre le Maroc et l’Espagne. Mais, cette bonne ambiance n’est pas le fruit du hasard. Elle est le résultat d’un travail ardu et d’un engagement actif de plusieurs personnes qui, des deux côtés, ont œuvré à ce que les relations bilatérales reprennent leur cours normal et que la page de la crise soit définitivement tournée.
Ces gens ont pu installer un climat nouveau entre les deux pays. Un climat marqué par l’entente politique, la cordialité diplomatique, la complicité économique et la coopération sécuritaire. Entre les ministres des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri et Miguel Angel Moratinos, les consultations politiques se font systématiquement et d’une manière fluide. Le traitement des affaires où les points de vue divergent se fait d’une manière cordialement diplomatique. À Rabat, le travail effectué par l’ambassadeur espagnol est remarquable. Louis Planas Puchades a su trouver le ton exact qu’il fallait pour créer une certaine cordialité dans le dialogue maroco-espagnol. Sur le volet économique, les deux pays sont en train de construire des relations basées sur l’association et non sur la rivalité. Côté sécurité, jamais les deux pays n’avaient atteint un aussi haut niveau de coordination et de coopération. Les réunions périodiques entre les ministres de l’Intérieur, Chakib Benmoussa et Alfredo Pérez Rubalcaba, ont permis de tracer une feuille de route claire à leurs collaborateurs. Khalid Zerouali, directeur de la migration et de la surveillance des frontières et son homologue espagnol ont pu ainsi installer de nouveaux procédés de coopération, plus fluides et plus fonctionnels. Résultat : augmentation notable des saisies de drogue et réduction remarquable de l’immigration clandestine.
Mais, tout ce travail n’aurait pas pu être remarqué et apprécié par l’opinion publique s’il n’y avait pas une dynamique particulière de sa mise en valeur tant au Maroc qu’en Espagne. L’ouverture sur les médias marocains opérée par l’ambassade d’Espagne depuis l’arrivée de l’équipe de M.Planas et la nomination d’un conseiller de presse dynamique et actif comme Pablo Lopèz Blanco ont permis aux médias marocains d’avoir une meilleure accessibilité à l’information et aux points de vue des différents responsables de ladite ambassade. Les liens fraternels existant entre les deux chefs d’Etat, la volonté coopérative des deux gouvernements, la fluidité des échanges entre les chefs de diplomatie, la coopération efficace entre les responsables de la sécurité et une bonne disposition envers les médias, ce sont là les secrets des bonnes relations maroco-espagnoles.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *