Craintes des partisans des génériques

Plusieurs pays émergents, notamment l’Inde, grand producteur de génériques, vont s’engager, à partir du 1er janvier 2005, à protéger les médicaments brevetés, ce qui fait craindre aux ONG que les médicaments à bas prix ne soient plus accessibles à terme pour les pays pauvres. Depuis sa création en 1995, l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) s’est attachée à protéger les entreprises innovantes de la contrefaçon par le biais des accords sur la propriété intellectuelle (Adpic, ou Trips en anglais) qui leur donnent notamment un brevet d’exclusivité de 20 ans sur leurs inventions.
Les grands laboratoires pharmaceutiques, notamment européens et américains, jugent cette protection nécessaire pour leur garantir que leurs efforts de recherche et de découverte seront payés en retour.
Parmi les pays producteurs de médicaments génériques (copies de médicaments brevetés), le Brésil et la Thaïlande se sont, conformés ces dernières années, aux règles de la propriété intellectuelle, l’Inde a demandé à bénéficier du délai additionnel, ainsi que d’autres Etats comme le Maroc, le Paraguay ou la Tunisie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *