Culte musulman : Boubakeur réélu

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris (GMP), proche de l’Algérie, Dalil Boubakeur, a été reconduit dimanche dans ses fonctions de président du Conseil français du culte musulman (CFCM) par le Conseil d’administration de l’instance officielle de l’islam de France.
Dalil Boubakeur, censé représenter un islam modéré aux yeux des Français non musulmans, occupait ces fonctions depuis la création du CFCM en 2003. Le Conseil d’administration de ce Conseil, qui s’est réuni en région parisienne, a par ailleurs élu le bureau de cette instance, qui compte 17 représentants des différentes organisations musulmanes dont l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). L’UOIF, située dans la mouvance du fondamentalisme des Frères musulmans, avait un temps envisagé de ne pas y participer et de présenter sa propre liste.
Les vice-présidences reviennent à un représentant de la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF, proche du Maroc), Abdallah Boussouf et à Fouad Alaoui, secrétaire général de l’UOIF.
Haydar Demiryurek (Comité de coordination des musulmans turcs de France) reste secrétaire général et Chems-Eddine Hafiz (GMP devient délégué général.
Commentant devant la presse la composition du bureau, M. Boubakeur a déclaré qu’elle traduisait "non seulement la continuité mais l’équilibre et le souci d’efficacité". La confirmation de Dalil Boubakeur est intervenue une semaine après l’élection par les représentants des musulmans du Conseil d’administration et des instances régionales du CFCM, lors d’un scrutin marqué par le recul de l’UOIF qui a perdu 3 sièges au conseil d’administration où elle ne compte plus que 10 sièges sur 43. La FNMF, proche du Maroc, avec désormais 19 sièges et la Grande Mosquée de Paris avec 10 autres ont gagné 3 et 6 sièges respectivement. Par ailleurs, le Comité de coordination des musulmans turcs de France a obtenu un siège contre deux. La liste d’union des mosquées de l’île de la Réunion s’est maintenue avec deux sièges de même que les indépendants qui ont gardé chacun son siège. Les instances du CFCM avaient été élues en avril 2003 pour la première fois pour une durée de deux ans. Cette fois-ci, elles sont désignées pour trois ans. La préparation de ces élections, reportées à deux reprises en raison de dissensions internes au CFCM, a été marquée par une participation accrue, avec 1.230 lieux de culte contre 992 il y a deux ans. Le CFCM a vu le jour suite aux discussions menées par le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, avec les représentants de l’Islam. Le CFCM est chargé de régler les questions liées au culte musulman, soit la formation des imams, la construction de mosquées, l’abattage rituel… L’Islam est la deuxième religion en France, un pays de 62 millions d’habitants qui compte de 4,5 à 5 millions de musulmans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *