De la marche verte au projet d’autonomie

De la marche verte au projet d’autonomie

En effet, ce 31ème anniversaire intervient au moment où le Royaume propose l’autonomie pour débloquer la situation, un projet renforcé par une percée diplomatique et une mobilisation nationale infaillible autour de cette cause.  En harmonie avec les appels sur la nécessité de sortir ce dossier de l’impasse, le Maroc a une nouvelle fois pris les devants en proposant une issue  à ce conflit, sur la base d’une solution politique cautionnée par la communauté internationale. Dans cette démarche, la fidélité à la philosophie de  la Marche Verte est restée de mise: Tout règlement de ce conflit artificiel ne  peut en aucun cas se faire aux dépens de la souveraineté et de l’unité nationale.
 La démarche du Maroc tend à concilier constantes nationales et voeux des principaux acteurs de la scène mondiale et émane de la volonté de perpétuer l’esprit de la Marche: consécration de l’unité et de l’indivisibilité de la patrie et du peuple, et respect de la légalité.
 Le projet d’autonomie, qui tend à conférer de larges prérogatives aux provinces du sud dans la gestion de leurs propres affaires, démontre, de manière on ne peut plus claire, la détermination du Royaume à débloquer la situation, en raison de l’inapplicabilité et de la caducité avérées des solutions proposées jusqu’à présent. Cette proposition, pour le moins courageuse, reflète la persévérance de la diplomatie marocaine qui a toujours privilégié la voie du dialogue et du droit, d’autant plus qu’elle bénéficie du soutien des grandes puissances et de la communauté internationale, largement favorables à une solution politique mutuellement acceptable à l’affaire du Sahara.  Rien qu’au cours du mois d’octobre dernier, ce sont trois importants pays européens, qui ont réaffirmé leur soutien à une solution ""négociée et acceptée par toutes les parties"". Après la France et l’Espagne, c’était autour de la Grande-Bretagne de s’exprimer sur ce sujet. Le Conseil de sécurité de l’ONU a, pour sa part, souligné dernièrement la nécessité de parvenir à une solution mutuellement acceptable en vue de sortir de l’impasse. Dans le cadre de la politique de concertation menée par le Maroc, des délégations ministérielles ont été dépêchées dernièrement, sur Hautes instructions royales, auprès des pays membres permanents et non permanents du Conseil de sécurité en vue de les informer de la position du Royaume et de la substance de sa proposition. La mobilisation du front intérieur n’a pas été en reste. La réactivation par  SM le Roi Mohammed VI du Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (CORCAS) est une autre preuve de la volonté de faire participer la population des provinces du Sud à l’élaboration du projet d’autonomie. La consultation des élites nationales et locales est un gage de crédibilité de l’initiative marocaine et une garantie de son succès. Du 6 novembre 1975 à nos jours, la question du Sahara a franchi bien des étapes et connu une série de développements. Mais, durant toute cette période, les Marocains sont restés fermes sur les principes et fidèles au serment de la Marche Verte.

Naoufal Enhari
(MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *