Décryptage : Du temps libre de Me Ramid…

Que fera désormais l’avocat islamiste Mustapha Ramid du temps libre qu’il a dégagé suite à son éviction de la présidence du groupe parlementaire de son parti ? La réponse à cette question suscite l’intérêt de beaucoup de gens. Elle intéresse ses amis au sein du Parti de la justice et du développement (PJD) qui aimeraient bien le voir rebondir sur la scène politique et récupérer son influence au sein de la formation islamiste. Elle intéresse aussi ses adversaires dans le même parti qui ont peur qu’il ne vienne encore une fois perturber leur stratégie visant à rationnaliser leur action parlementaire et à abandonner la tactique des polémiques tapageuses qu’il avait installée et qui a prouvé son inefficacité. Elle intéresse les partis politiques concurrents qui voudraient bien savoir si Me Ramid compte se conformer aux directives de son parti et se calmer ou s’il va dorénavant jouer à l’électron libre et servir ainsi de rabatteur à ses frères au sein du groupe parlementaire islamiste. Faut-il rappeler qu’avoir un électron libre au sein d’un parti est à la mode ces derniers temps. Des partis en ont déjà un et ceux qui n’en ont pas encore, sont en train de chercher à s’en doter. Cela permet, entre autres, de dire officieusement ce que l’on n’ose pas dire officiellement. Une tactique habile, mais elle dénote d’une certaine lâcheté politique, quand même. Ce que Me Ramid fera de son temps libre intéresse aussi les observateurs de la vie politique nationale – toutes branches confondues – qui suivent de près tout ce qui se passe dans la maison islamiste. Vu ce grand intérêt pour ses futures activités, il est du devoir de Me Ramid – transparence politique oblige – d’informer l’opinion publique sur ses intentions. Car, outre deux ou trois réunions annuelles de la Commission de la législation qu’il aura à présider, il devra bien faire quelque chose d’autre. Et pour ne pas permettre à la presse de spéculer, il vaut mieux qu’il parle lui-même de son programme. Cela évitera aux médias de prêter attention aux rumeurs. Comme celle qui circule dernièrement d’une manière persistante selon laquelle Me Ramid serait en train de boucler une série de plaintes ayant trait à la moralité publique qu’il compte commencer à déposer dans les tribunaux pour faire du tapage à l’égyptienne. Est-ce vrai ? Me Ramid nous le dira… peut-être.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *