Décryptage : Non à la surenchère politicienne sur le Sahara !

Il faut rendre hommage à l’attitude hautement patriote adoptée par le secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD) lors de son passage dans l’émission Hiwar de notre confrère Mustapha Alaoui. Abdelilah Benkirane a su habilement laisser de côté les petits calculs politiciens en commentant les événements de Laâyoune. Il a clairement dit que, dans les moments difficiles, nous devons être tous unis et laisser les commentaires et les analyses sur les responsabilités des uns et des autres pour plus tard. C’est cette même position qui est adoptée, d’ailleurs, par la majorité des acteurs politiques du pays. Certes, il y a toujours une dérogation à la règle et des acteurs politiques se sont empressés de faire des déclarations de nature à susciter une polémique interne, mais les états-majors de leurs partis ont vite fait de les rappeler à l’ordre. La question du Sahara ne peut être un sujet de surenchère politique interne. Elle ne peut pas non plus faire l’objet d’altercations politiques entre majorité et opposition. Aussi, lancer des accusations contre le gouvernement d’avoir mal géré le dossier et lui rejeter la responsabilité sur ce qui s’est passé est une manière de faire qui constitue un dérapage et une sortie de l’unanimité nationale sur la question. Il est possible qu’il y ait eu des erreurs et il est certain que l’analyse en cours permettra de définir les responsables des erreurs s’il y en a eu. Mais, le tout doit être assumé collectivement. Car, sur le dossier de l’intégrité territoriale du Royaume, les Marocains sont associés dans les succès et sont solidaires dans les erreurs. Il n’y a pas lieu de construire une polémique politicienne sur la cause nationale. En plus, la définition des responsabilités supposées ou réelles n’est pas du ressort des instances partisanes ou législatives. On ne peut pas se permettre d’entrer dans un jeu dangereux où l’opposition accuse la majorité d’avoir mal géré le dossier ou que cette dernière accuse l’opposition d’exploiter ce qui s’est passé. En dérapant de la sorte et en affichant des dissensions sur ce dossier, on ne fera que rendre service aux adversaires du Royaume qui sont à l’affût de moments de faiblesse pour chercher des fissures par où s’infiltrer et attaquer le Maroc. Gare donc aux petites guéguerres politiciennes sur des sujets hautement sensibles. Cela peut finir par provoquer des dégâts irréparables.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *