Décryptage : Une affaire maroco-marocaine

Ce qui se passe à Laâyoune démontre encore une fois que l’Etat marocain n’a jamais eu de problème avec ses citoyens où qu’ils soient. L’expression des malaises sociaux étant une réaction normale garantie par la loi d’un Etat de droit, le gouvernement a toujours privilégié la voie du dialogue dans ce genre de situation. Dans les provinces du Sud comme dans celles du Nord, le principe est le même.
Toutefois, dans les provinces du Sahara marocain, l’espace de liberté et de démocratie qui marque le Maroc nouveau a permis aux adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume d’avoir une marge de manœuvre plus large pour tenter d’envenimer le climat de quiétude qui caractérise la situation au Sud marocain. Aussi, a-t-on assisté, ces derniers jours à de multiples tentatives émanant de nos deux voisins de l’est et du Nord de vouloir donner aux camps de Laâyoune un caractère séparatiste. On a vu des journalistes espagnols et algériens spéculer et fantasmer sur cette thèse. On a vu aussi des activistes espagnols tenter de s’introduire dans les camps pour y provoquer une ambiance de tension, etc. Mais, on a pu constater clairement et sans ambiguïté comment des activistes espagnols pro-polisariens ont été chassés par des Sahraouis unionistes et comment des journalistes à la solde des séparatistes ont été démasqués par les habitants de Laâyoune et, surtout, on a vu comment les organisateurs des camps ont coopéré avec les autorités, main dans la main, pour gérer convenablement et dans la légalité et l’ordre général la situation dans les camps. Cette coopération a permis de faire avancer le processus de recensement et de règlement des revendications légitimes de certains habitants. Toutefois, il est à signaler que, plus on avance dans ce processus, plus les éléments perturbateurs vont s’exciter pour le perturber. Car dès que les protestataires satisfaits commenceront à plier bagage, les provocateurs commandités vont se retrouver isolés. C’est cette situation qui leur fait peur et ils s’activeront, certainement pour en parasiter le bon déroulement, car elle montrera que, contrairement au discours qu’ils ont été chargés de véhiculer par leurs commanditaires en poste à Tindouf ou à Las Palmas, les camps de Laâyoune n’étaient qu’une affaire maroco-marocaine.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *