Des contradictions qui font le jeu d’Israël

« Le président du Conseil législatif palestinien Ahmed Qoreï doit à son tour tenter lundi d’aplanir le différend qui oppose les deux dirigeants », après l’échec d’une médiation menée la veille par Saëb Erakat, ancien ministre et ex-négociateur en chef avec Israël, a indiqué à l’AFP un responsable palestinien sous condition de l’anonymat. « Un conflit de pouvoirs oppose très clairement MM. Arafat et Abbas », a encore dit ce responsable. Tous deux ne se sont pas rencontrés depuis le 7 juillet, date d’une réunion houleuse du Comité central du Fatah (leur mouvement), présidée par M. Arafat, durant laquelle le Premier ministre a été vivement critiqué pour sa politique vis-à-vis d’Israël. A l’issue de cette réunion, M. Abbas (alias Abou Mazen) a présenté sa démission du Comité central –qui l’a refusée– et a menacé de renoncer à ses fonctions de chef du gouvernement. Une telle démission « nous ramènerait au point de départ » et obligerait Israël à « reconsidérer sérieusement » la “feuille de route”, a affirmé dimanche soir aux journalistes un responsable israélien accompagnant le Premier ministre Ariel Sharon qui effectue une visite officielle de trois jours à Londres. La “feuille de route” est un plan international de paix prévoyant notamment la création d’ici 2005 d’un Etat palestinien. MM. Sharon et Abbas doivent cependant se retrouver « dimanche ou lundi » prochain pour un nouveau sommet, après celui du 1er juillet, à la présidence du conseil israélien à Jérusalem, a encore indiqué ce responsable. Lors de la réunion houleuse du Comité central du Fatah, M. Abbas avait été critiqué pour s’être montré trop conciliant envers Israël, notamment sur la question sensible des prisonniers palestiniens. Les Palestiniens réclament la libération des quelque 6.000 Palestiniens détenus par Israël, mais le gouvernement Sharon n’a donné son accord de principe que pour en relâcher 350 sur la base de critères draconiens recommandés par ses services de sécurité. Selon un responsable politique israélien non identifié cité lundi par le quotidien Yédiot Aharonot, M. Sharon est d’accord pour que M. Abbas présente ses arguments à la commission ministérielle chargée d’examiner les libérations de prisonniers. Israël exige que l’Autorité palestinienne désarme les groupes armés radicaux palestiniens, conformément aux dispositions de la “feuille de route”. Or, selon un officier supérieur israélien, cité lundi par le quotidien Yédiot Aharonot, ces groupes profitent au contraire de la trêve proclamée le 29 juin pour constituer un stock d’un millier de roquettes Qassam et procéder à des tests améliorant leur portée et leur précision. Services israéliens et palestiniens de sécurité poursuivaient lundi leurs recherches -surtout dans la région de Ramallah en Cisjordanie – pour retrouver un chauffeur de taxi israélien porté disparu depuis vendredi et apparemment enlevé à Al-Qods-est. Enfin, le responsable palestinien Marwan Barghouthi a accusé lors de son procès à Tel-Aviv les Israéliens de vouloir le tuer en le maintenant en isolement dans une cellule. « Je suis isolé dans une cellule infestée de cancrelats. Ils (les Israéliens) veulent me tuer. Je n’ai pas vu ma famille et mes enfants depuis quinze mois, sous prétexte que cela nuit à la sécurité de l’Etat » d’Israël, a-t-il affirmé tout en refusant de comparaître à la barre ou de citer des témoins pour sa défense.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *