Droits de l’Homme : pour rationaliser la gouvernance sécuritaire

Le Conseil consultatif des droits de l’Homme se penche sur l’élaboration d’un avis pour la mise en œuvre des recommandations de l’IER concernant la rationalisation de la gouvernance sécuritaire, indique le rapport de suivi de ces recommandations rendu public jeudi par le CCDH.
Le Conseil prendra en considération la complémentarité entre l’ensemble des recommandations relatives aux réformes économiques et institutionnelles, la promotion de la culture des droits de l’Homme, la capitalisation des acquis dans le domaine des droits de l’Homme dans ce processus de rationalisation et le développement de politiques publiques basées sur l’implication des acteurs politiques et civils, des institutions nationales, des experts et des chercheurs scientifiques. Ces actions mettront l’accent sur la responsabilité et la transparence, sur la complémentarité des éléments de la sécurité nationale avec ceux de la sécurité économique et de la stabilité sociale, et sur l’inscription de la rationalisation de la gouvernance sécuritaire dans un processus de réforme progressif.
Le CCDH, poursuit le rapport, définit les principaux objectifs de cette rationalisation dans la nécessité de changer toutes les représentations négatives auprès de la population relatives au rôle de la sécurité, d’œuvrer pour la défense du droit d’accès aux informations relatives aux opérations sécuritaires et la préservation de l’ordre public et de mettre en place un contrôle politique, juridique et administratif sur tous les pouvoirs sécuritaires tout en veillant à rehausser le niveau de leurs prestations. Le Conseil, ajoute le rapport, prône également l’amélioration des critères de mesure de la proportionnalité entre l’utilisation de la force face aux situations d’atteinte à l’ordre public d’un côté, et la préservation des droits et libertés fondamentales d’un autre, ainsi que l’adoption d’une nouvelle approche dans le traitement de la question sécuritaire, en mettant en œuvre le nouveau concept de l’autorité, ce qui va permettre de passer d’un simple travail sécuritaire des appareils et forces publics à des services qui contribuent au développement et à la promotion des valeurs de citoyenneté et de responsabilité.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *