El Baradei en mission à Téhéran

«Mohamed El Baradei se rendra en visite officielle à Téhéran le 9 juillet», a déclaré mardi Seyed Khalil Moussavi, le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), sans préciser si les discussions porteraient sur la signature du protocole additionnel au Traité de non-prolifération (TNP). Cette clause pourrait permettre des inspections inopinées des sites nucléaires iraniens par les inspecteurs de l’AIEA. «La visite de M. ElBaradei durera un jour mais les autres membres de sa délégation pourront rester plus longtemps à Téhéran», a ajouté M. Khalil Moussavi. «Lors de cette visite, Mohamed El Baradei et les autres membres de sa mission doivent discuter avec le président de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (Gholamreza Aghazadeh) et les responsables iraniens d’une plus grande coopération entre l’Iran et l’AIEA», a-t-il déclaré. Selon M. Khalil Moussavi, les membres de la délégation de M. ElBaradei «pourront rester plus longtemps en Iran et éventuellement visiter les installations nucléaires du pays si M. El Baradei en fait la demande lors de sa visite».
La dernière visite en Iran du directeur de l’Agence internationale pour l’énergie atomique, remonte à février dernier. Dans son rapport publié en juin, M. El Baradei a fait état de plusieurs cas de violations du TNP par l’Iran. Les pays de l’Union européenne, les membres du G8, ainsi que l’AIEA ont demandé à l’Iran de signer «immédiatement et sans condition» le protocole additionnel. Lundi, lors d’une rencontre avec le secrétaire au Foreign Office Jack Straw, qui a effectué une visite de moins de 24 heures à Téhéran, Hassan Rohani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, la plus haute instance chargée des questions de sécurité, avait indiqué que Téhéran allait «prochainement inviter Mohamed
El Baradei pour des discussions visant à régler les problèmes techniques» mis en lumière dans le rapport de l’AIEA publié en juin. «Ces problèmes techniques ne doivent pas être utilisés par les Etats-Unis comme un prétexte pour des actions politiques hostiles» contre l’Iran, avait ajouté M. Rohani.
Les Etats-Unis accusent l’Iran de chercher à utiliser son programme nucléaire civil pour fabriquer l’arme atomique. L’Iran ne cesse d’affirmer qu’il n’a rien à cacher et qu’il ne cherche pas à se doter de l’arme atomique, et se plaint que les autres pays signataires du TNP ne remplissent pas leurs obligations à son égard, en bloquant les transferts de technologie nucléaire civile vers Téhéran.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *