Euphorie et circonspection

Le président américain George W. Bush considère que la capture du président irakien déchu est une victoire pour les Irakiens, a indiqué un haut responsable de la Maison Blanche. Le président français Jacques Chirac « se réjouit de l’arrestation de Saddam Hussein. C’est un événement majeur qui devrait fortement contribuer à la démocratisation et à la stabilisation de l’Irak », a déclaré Catherine Colonna, porte-parole de l’Elysée. Le Premier ministre britannique Tony Blair a estimé qu’il fallait « mettre le passé derrière nous », ajoutant que seule « une petite minorité » d’Irakiens était partisane d’un retour au pouvoir de Saddam Hussein. « Ils doivent savoir que leur cause est désormais vaine ». Le président du gouvernement espagnol, José Maria Aznar a déclaré que le moment était venu pour Saddam Hussein de « payer pour ses crimes », affirmant que l’ex-président était « directement responsable de la mort de millions de personnes ». Le chancelier allemand Gerhard Schroeder a félicité le président américain pour cette capture et exprimé l’espoir « que son arrestation va soutenir les efforts de la communauté internationale pour la reconstruction et la stabilisation de l’Irak ». Le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, a estimé que la capture du dictateur était « un coup décisif contre les guérilleros irakiens qui sèment la mort ». Le secrétaire du gouvernement japonais Yasuo Fukuda a salué l’annonce, tout en estimant qu' »il est trop optimiste de prétendre que (cette capture) va conduire immédiatement à l’arrêt des activités des partisans du régime de Saddam Hussein et des terroristes étrangers (en Irak) ». Au Proche-Orient, seuls Israël, le Koweit et l’Iran se sont ouvertement félicités de l’arrestation de Saddam Hussein. « C’est une excellente nouvelle pour Israël et une preuve que la communauté internationale ne tolèrera pas qu’un Etat totalitaire soutienne le terrorisme international », a déclaré le président israélien Moshé Katzav. « C’est un instant que nous, comme ailleurs dans le monde, avons tellement attendu: voir l’arrestation de ce tyran qui a terrifié son propre peuple et plusieurs autres dans le monde », a affirmé le ministre koweitien de l’Information Mohammad Abdallah Abou Al-Hassan, dont le pays avait été occupé par l’Irak en 1990-1991. Le vice-président iranien Mohammad Ali Abtahi s’est réjoui de la capture d’un « criminel qui a commis tant de crimes contre les Iraniens », dans la première réaction officielle d’un pays qui a livré à l’Irak de Saddam Hussein une guerre sanglante de huit ans. Les autres réactions arabes ont été plus circonspectes. Le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmed Maher a exprimé l’espoir que la capture de Saddam Hussein « accélère le processus permettant au peuple irakien de recouvrer sa souveraineté et de prendre en main les affaires du pays au plus vite », « ce qui permettra le retrait des forces étrangères ». « Je ne pense pas que quiconque va s’attrister sur Saddam Hussein », a-t-il ajouté. Il a estimé que le sort de l’ancien président devait être tranché « par le peuple irakien ». Le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa a également estimé que le peuple irakien devait décider du sort de Saddam Hussein après sa capture, qu’il a qualifiée sans enthousiasme « d’événement important ». La Jordanie a estimé qu’une « page a été tournée » avec cette arrestation. « Le dernier mot, en ce qui concerne la capture de Saddam Hussein et son sort, doit revenir au peuple irakien », a déclaré Asma Khodr, porte-parole du gouvernement jordanien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *