Habitat : Signature de quatre conventions

Avant la cérémonie de la signature de ces conventions, le ministre chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Ahmed Taoufiq Hejira, a fait un exposé devant SM le Roi sur la situation des habitats menaçant ruine sur le plan national, précisant que les familles qui habitent ce genre de logements sont estimées à 90.000, dont 70.000 dans le tissu ancien et 20.000 dans des quartiers non réglementaires. Il a rappelé que 20 villes souffrent de ce genre de phénomène, dont Fès, Casablanca, Oujda, Essaouira, Beni Mellal, Salé, Marrakech, Ksar Sghir, Rabat, Meknès et Tétouan. M. Hejira a relevé, dans ce cadre, qu’un programme est en cours de réalisation pour remédier à cette situation. Ce programme, dont le coût est estimé à 323 millions de DH, profitera à 11.600 familles dans 17 villes.
Concernant la nouvelle stratégie nationale en la matière, le ministre a indiqué qu’elle porte essentiellement sur la lutte contre l’habitat anarchique, la réalisation d’un produit compétitif, la gestion des risques et la mise en place de mesures propres à chaque situation.
Pour ce qui est de la situation actuelle de l’habitat dans la ville de Fès, M. Hejira a rappelé les grandes lignes du programme qui a été présenté à SM le Roi en septembre dernier et qui comporte un projet visant la réalisation du quartier pilote Al Quaraouyine dans la médina, situé au triangle formé par les mosquées Al Quaraouyine et Moulay Driss et le mausolée Sidi Ahmed Tijani. Ce programme, a-t-il ajouté, porte également sur l’intervention d’urgence pour la consolidation et l’étayage provisoire des structures fissurées, le recasement des familles habitant des structures irrécupérables, la restauration du réseau d’assainissement, la réfection des façades et le pavage des rues. Dans le cadre de l’opération de reconnaissance et de gestion des risques, les quinze commissions locales de vigilance ont répertorié les constructions selon le degré de danger qu’elles présentent dans la médina, Fès-Jedid, la zone nord et Jnanate. Il ressort de cette classification que le nombre de ces constructions a atteint 2.127, dont 1.321 nécessitent une intervention d’urgence et 806 une intervention à court terme. Il en ressort également que dans l’ancienne médina, 70% des familles sont des locataires de logements dont la superficie ne dépasse guère les 21 m2, alors que dans les quartiers non réglementaires, 15% des familles sont des locataires d’habitations, dont la superficie varie entre 25 et 80 m2. Il a été procédé notamment dans le cadre des travaux de réhabilitation de ces habitations à l’ouverture de 410 chantiers dont 306 ont été achevés. Ces quatre conventions, qui s’inscrivent dans le cadre de cette action, visent la mobilisation de 1.443 logements sociaux pour le recasement des familles logeant dans des structures menaçant ruine.
Dans le cadre de la gestion de l’opération de relogement, plusieurs mesures ont été adoptées, notamment la démolition immédiate des habitations dont les occupants ont bénéficié de ce programme. L’accès à un logement peut se faire par appropriation immédiate contre le paiement de 90.000 DH, dont 30.000 DH à titre d’aide du ministère, par la location-vente, à raison de 300 DH/mois pendant 25 ans, ou par la location avec un loyer inférieur à 300 DH/mois pour les démunis. Les mesures parallèles portent notamment sur l’organisation de sessions de formation dans le domaine des techniques de réhabilitation et de confortement des bâtisses menaçant ruine au profit des cadres des secteurs privé et public de la ville de Fès, et la mise en place d’équipes locales d’intervention d’urgence relevant de la Protection civile.
Selon ces conclusions, la situation de l’habitat nécessite de mobiliser des commissions de vigilance au niveau de toutes les villes concernées par ce phénomène et d’inciter les habitants à s’impliquer dans l’opération d’entretien et de restauration en mettant à leur disposition des micro-crédits. Il est également nécessaire de créer des fonds locaux bénéficiant du soutien de l’Etat, afin de mobiliser les partenaires locaux et les habitants concernés pour qu’ils poursuivent l’exécution des programmes engagés et la construction de logements permettant la contribution à la création de pôles urbains et de nouvelles villes. La première convention a été signée par le ministre délégué chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme et président du holding Al Omrane, M. Ahmed Taoufiq Hejira et le directeur de l’Etablissement régional d’équipement et de construction (Erac-Fès), M. Abdeljalil Cherkaoui.
Cette convention, dont la mise en oeuvre a nécessité une enveloppe de 35 millions de DH vise la cession de 393 logements sociaux réalisés par l’Erac-Fès, au profit du Holding Al Omrane pour le relogement des ménages résidents dans des constructions menaçant ruine. La réalisation de la deuxième convention, signée par M. Hejira et M. Hadi Tajmouti, directeur de l’établissement privé Ettaj, a nécessité un montant global de 54 millions de DH. Elle concerne la cession au profit du holding Al Omrane de 600 logements sociaux en chantier, situés à Sahrij Gnaoua qui seront réalisés par l’établissement Ettaj et ce, pour le recasement des ménages logeant dans des habitations menaçant ruine. La troisième convention vise, quant à elle, la cession de 424 logements sociaux réalisés à Bensouda par l’ERAC-Fès, au profit de la compagnie immobilière et foncière marocaine, pour le relogement des ménages résidant dans des constructions menaçant ruine à Dokkarat. La mise en oeuvre de cette convention, signée par MM. Hejira et Mustapha Bakkoury, directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et président de la compagnie immobilière et foncière marocaine, nécessite la mobilisation d’une enveloppe budgétaire de 42 millions de DH. La quatrième convention, qui s’inscrit dans le cadre du programme de mise à niveau urbain de la zone Dokarrat à Fès, a été signée par MM. Hejira, Bakkoury, Ahmed Arafa, wali de la région Fès-Boulemane, Abdelhamid Chabat, président du Conseil de la ville et Abderrahmane Chaoui, directeur des domaines.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *