HCR : Un rapport sur les camps de Tindouf

Le rapport, rendu public mardi dernier à Genève, fait état d’une "préoccupation grandissante au sujet du nombre exact" des populations des camps de Tindouf et met en exergue, pour la première fois également, les  "appels en faveur de leur enregistrement global". Ce rapport marque ainsi un tournant important par rapport aux précédents documents du HCR en se démarquant des estimations algériennes de 165.000 personnes, et ce en les ignorant purement et simplement. Il réaffirme que "les démarches vont se poursuivre pour l’enregistrement de ces populations en 2005".  Cette 7ème édition du rapport global décrit les faits nouveaux, les  problèmes rencontrés et les progrès accomplis pour la recherche des solutions  durables aux personnes relevant de la compétence du HCR dans les principales  régions du monde, et ce en prévision de la réunion de son Comité permanent,  prévue à la fin de ce mois. L’importance accordée cette année par le HCR à l’impératif de l’enregistrement des populations des camps de Tindouf est le résultat des demandes récurrentes du Maroc, depuis trois décennies, devant les instances  exécutives. L’absence d’enregistrement de cette population est atypique par rapport à la situation assistée par le HCR à travers le monde. En effet, elle n’a été ni recensée, ni n’a bénéficié des procédés usuels du HCR en matière de recensement, notamment les techniques modernes, de biométrie ou d’identification sécurisée (Project Profile) déjà opérationnelles, depuis 2004, dans plus de 15 pays africains. Le HCR se contentait, jusqu’à ce jour, de reprendre régulièrement les estimations avancées par l’Algérie, lesquelles sont largement exagérées et statiques depuis plus de deux décennies. Il convient de rappeler que le Maroc avait déclaré, le 9 mars dernier,  devant la 32ème session du Comité permanent du HCR, que les populations des camps de Tindouf représentent moins que la moitié des chiffres avancés par le pays hôte et utilisés par le HCR. Il a, en outre, exhorté cette institution humanitaire à s’acquitter de son mandat en matière d’enregistrement, afin d’évaluer leurs besoins réels en aide alimentaire et éviter ainsi son détournement par les responsables du "Polisario". Des sources diplomatiques à Genève confirment que plusieurs pays donateurs  se sont joints à cet appel en faveur de l’enregistrement des populations des camps sur ce territoire algérien.
M. Roland Huguenin, directeur au Comité international de la Croix Rouge (CICR) qui s’exprimait dimanche sur les ondes de la radio BBC, a indiqué que "l’existence d’un grand nombre d’habitants du Sahara dans les camps qui les abritent depuis une longue période et le séjour d’un grand nombre d’entre eux dans des habitations provisoires et instables dans les camps depuis  longtemps sont dûs à la crise existant entre le Maroc et l’Algérie et qui n’a pas été définitivement réglée à ce jour". La BBC affirme que les politiciens et les militants des droits de l’Homme inscrivent l’organisation des manifestations et les rassemblements des citoyens marocains devant les consulats et les ambassades d’Algérie dans le cadre des appels pour que l’Algérie règle définitivement le problème de plus de 400 Marocains détenus dans des prisons du front polisario, sur le sol algérien. Le responsable du CICR rappelle que ces détenus marocains sont considérés comme les plus anciens détenus dans le monde.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *