Intégrité religieuse

Intégrité religieuse

Répondant, mercredi, à une question orale à la Chambre des représentants sur le phénomène de l’évangélisation, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a indiqué que «la question de l’évangélisation au Maroc est sous le contrôle des pouvoirs publics, en application des normes et lois en usage», avant de rappeler que «le rôle du ministère se limite à l’aspect préventif». Le titulaire des Habous a aussi ajouté que «le Royaume compte des églises connues chargées de l’encadrement des Chrétiens résidant au Maroc» et que «celles-ci avaient publié récemment un communiqué soulignant le climat de liberté, de coexistence et de respect dans lequel elles accomplissent leur mission, se démarquant de toute activité de prosélytisme secrète». En plus, et c’est ce qui est encore plus rassurant, selon le point de vue du ministre, c’est que les démunis ne constituent pas une proie facile pour les évangélistes. Et pour justifier sa thèse, il a rappelé «les tentatives d’évangélisation auxquelles le Maroc a fait face depuis des siècles et qui ont échoué, se disant incapable de concevoir que les Marocains aujourd’hui puissent changer leur religion pour une autre». La réponse du ministre est ainsi construite sur trois idées principales : la lutte contre l’évangélisation n’est pas de mon ressort, elle est de la responsabilité des pouvoirs publics ; les représentants de l’église au Maroc nous ont rassurés qu’ils ne font pas du prosélytisme ; l’indigence ne peut pas pousser les Marocains à se convertir au christianisme. Trois idées pour se dérober à la responsabilité. Car, la lutte contre l’évangélisation n’est pas uniquement du ressort des services de sécurité, elle est aussi la responsabilité de l’instance qui est investie de l’exercice, dans son aspect exécutif, de la mission constitutionnelle dont est investi SM le Roi en tant que Commandeur des croyants conformément à l’article 19 de la Constitution. En plus, le ministre des Habous semble oublier que son ministère fait aussi partie des « pouvoirs publics » qui constituent l’ensemble de l’appareil de l’Etat et non pas seulement les autorités policières et judiciaires.
Deuxièmement, personne n’a jamais accusé les églises officielles de faire du prosélytisme car il est clair que les évangélistes agissent en dehors des instances religieuses chrétiennes agréées. Il s’agit donc d’un argument hors contexte.
Et troisièmement, dire qu’aucun Marocain ne peut accepter de se convertir au christianisme par indigence relève de l’auto-démagogie. Car la pauvreté crée un climat favorable à la déviation sous toutes ses formes. D’où l’intérêt porté par SM le Roi à la lutte contre la pauvreté. Soucieux de la nécessité de doter les différentes couches de la société marocaine des moyens matériels et éducationnels lui permettant de s’immuniser contre tout ce qui peut nuire à sa cohésion, le Souverain a érigé la lutte contre la pauvreté en stratégie et en priorité nationales.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *