Irak : attentat suicide au coeur de Bagdad

Un attentat suicide a été commis lundi matin près de la Zone verte, secteur ultra-protégé de Bagdad et symbole du pouvoir, tandis que les forces américaines et irakiennes multipliaient les offensives contre les foyers rebelles avant les élections législatives du 15 décembre.
D’autre part, des unités américaines et irakiennes ont entamé lundi une opération de fouilles à Dour (160 km au nord de Bagdad), village natal d’Ezzat Ibrahim, ancien numéro deux du régime de Saddam Hussein, quatre jours après l’annonce de sa mort, sur laquelle l’armée américaine a émis des doutes.
"Trois personnes ont été tuées et deux blessées" dans l’attentat suicide, a déclaré une source sécuritaire irakienne, en disant ignorer si les victimes étaient des Irakiens ou des étrangers.
L’armée américaine a indiqué que l’attentat avait été commis à l’aide d’une voiture piégée, sans donner de bilan.
Un témoin a affirmé que la voiture piégée avait explosé contre un convoi de voitures tout-terrain qui se dirigeait vers l’une des entrées de la Zone verte, appelée "Porte des assassins" par les Américains. Le secteur a été isolé, et des hélicoptères d’assaut Apache ont survolé le lieu de l’attentat survenu à 09h10 (06h10 GMT). L’explosion, qui a dégagé une colonne de fumée noire, a été suivie par des tirs nourris d’armes automatiques dans le secteur situé entre le siège de l’ambassade d’Iran et ladite Porte des assassins.
La Zone verte abrite les bureaux du gouvernement irakien ainsi que les sièges des ambassades des Etats-Unis et de Grande-Bretagne. Dans l’est de Bagdad, trois civils ont été tués et quatre blessés par l’explosion d’une bombe au passage d’un convoi de l’armée irakienne, a ajouté la même source de sécurité.
A quatre semaines des élections législatives du 15 décembre, l’armée américaine a annoncé qu’elle multiplie depuis une semaine des opérations militaires contre les foyers rebelles dans plusieurs provinces à majorité sunnite, du nord, du sud et de l’ouest de l’Irak. L’offensive conjointe irako-américaine "Rideau d’acier", lancée il y a dix jours à la frontière avec la Syrie, s’est étendue lundi à Oubaïdi, où des combats se déroulaient depuis l’aube, faisant 37 morts parmi les rebelles, selon un communiqué militaire américain. "L’aviation de la coalition est intervenue contre cinq objectifs, tuant 37 insurgés", a ajouté le texte.
Ces combats à Oubaïdi, à 20 km de la Syrie, sont la troisième phase de l’offensive, qui vise à établir une présence militaire permanente à la frontière pour stopper l’infiltration de combattants étrangers en provenance de Syrie.
Les deux premières ont permis de "nettoyer les localités de Houssaybah et Karabilah et d’y établir une présence militaire permanente", a indiqué le communiqué, ajoutant qu’au total, plus de 100 rebelles ont été arrêtés et 37 caches d’armes détruites. A Baaqouba, une opération coup de poing, baptisée "K.O.", et menée par des unités spéciales irakiennes s’est soldée par 370 arrestations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *