Irak : Des américains manifestent

« Il va y avoir des rassemblements d’Anchorage en Alaska à St-Petersburg en Floride, en passant par Crawford, Texas », à proximité du ranch privé du président George Bush, a indiqué à l’AFP un porte-parole du collectif anti-guerre ANSWER à New York, Dustin Langley. Le président américain sera à Orlando (Floride) pour un meeting électoral.
Quatre manifestations importantes sont prévues à New York, pour la côte est, à Chicago (centre), à Los Angeles et San Francisco, berceau de la contre-culture américaine, pour l’Ouest.
Leurs organisateurs espèrent qu’elles seront aussi importantes que celles qui avaient été organisées aux Etats-Unis dans les jours qui avaient précédé la guerre, pour protester contre le coût faramineux de la guerre, les pertes en vies humaines, et, plus généralement, la politique étrangère des Etats-Unis. Les plus grandes manifestations pacifistes avaient été organisées le 15 février 2003, rassemblant des centaines de milliers d’Américains, dont plus de 100.000 à New York.
A New York, les organisateurs attendent, samedi, plusieurs dizaines de milliers de manifestants autour des slogans « Mettre fin à l’occupation coloniale » et « Ramenez les troupes à la maison tout de suite ». Plus d’une trentaine de cars, du Vermont (nord-est) à la Caroline du Nord (sud-est), sont déjà prévus.
San Francisco, l’une des villes les plus politisées des Etats-Unis, pourrait se placer, en nombre de manifestants, juste derrière New York, selon le porte-parole local du collectif ANSWER, Bill Hackwell. A Los Angeles, un rassemblement plus modeste est prévu, mais dans lequel pourraient apparaître plusieurs célébrités engagées depuis plus d’un an contre la guerre, comme l’acteur Martin Sheen ou Tim Robbins.
Les élections espagnoles, et l’intention du nouveau Premier ministre, Zapatero, de retirer ses troupes d’Irak, pourraient servir d’inspiration pour les manifestants, estiment les organisateurs. “L’ancien Premier ministre, Jose Maria Aznar, avait pris le train guerrier de M. Bush en marche et a perdu. Maintenant les Américains, comme les Espagnols, ne veulent plus de l’occupation de l’Irak et de l’arrogance des Etats-Unis et vont le montrer », affirme Bill Hackwell. « Et les sondages de popularité du président Bush sont en chute libre depuis plusieurs mois », avance Dustin Langley, espérant que cela se reflètera sur le nombre de manifestants. Bien sûr, les pacifistes de la première heure seront au rendez-vous, mais ANSWER espère ratisser plus large. A New York, il y aura sans doute un contingent d’Haïtiens mécontents de l’intervention américaine dans leur pays et du départ du président Jean-Bertrand Aristide, avance l’organisation.
Plusieurs associations arabes et musulmanes ont montré leur intérêt. « Des organisations sont venues chercher chez nous des tracts à distribuer dans les mosquées », pour appeler à manifester, ce qui est assez inédit, souligne M. Langley.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *