Irak : « Guerre totale » contre le pétrole

M. Ghadbane a dénoncé le « large complot et la guerre totale visant les installations pétrolières irakiennes vitales », lors d’une visite d’inspection de la raffinerie de Doura, au sud de Bagdad, visée par des mortiers, jeudi. « Les pertes de l’Irak, en raison de ces actes de sabotage, étaient estimées à environ sept milliards de dollars en octobre.
Aujourd’hui, elles ont, sans aucun doute, dépassé les huit milliards », a déclaré le ministre aux journalistes. « Les exportations sont actuellement limitées au sud du pays, alors qu’au nord il n’y a plus d’exportations », a-t-il ajouté. M. Ghadbane a affirmé que ces attaques faisaient partie d’un « complot visant à créer une pénurie de pétrole dans le pays et à empêcher les exportations de l’Irak », ajoutant que « ce complot a pris actuellement une dimension très large et a presque atteint son paroxysme ». »La raffinerie de Bassorah (sud) a été attaquée par des tirs de mortiers, samedi, et l’oléoduc transportant le brut de Baïji (200 km au nord de Bagdad) à Doura (Bagdad) a également été atteint par des mortiers, il y a deux jours, près de Samarra » (nord), a-t-il indiqué. « Le principal oléoduc transportant le brut irakien a été la cible d’un acte de sabotage, il y a deux jours, près de Mossoul » (nord), a poursuivi le ministre. « L’oléoduc transportant le brut de Kirkouk (nord) vers Baïji a également été saboté à l’explosif samedi », a-t-il ajouté, en rappelant qu’un oléoduc alimentant une centrale électrique située à Moussayeb (65 km au sud de Bagdad) a été saboté samedi.
Selon le ministre, ces actes se sont multipliés après l’appel lancé mi-décembre par le chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden, à ses partisans de frapper les installations pétrolières irakiennes, appel réitéré dans un message diffusé la semaine dernière par la télévision satellitaire qatariote, Al-Jazira. « Des informations en provenance de Bassorah indiquent qu’un groupe terroriste proche d’Al-Qaïda est derrière l’attaque de la raffinerie » de cette ville située à 550 km au sud de Bagdad, a précisé M. Ghadbane. « Dans la province de Salaheddine (nord), ils (les insurgés) ont distribué des tracts avertissant les chauffeurs de camions et les appelant à ne pas approvisionner la raffinerie de Baïji », a-t-il indiqué. Selon lui, ces attaques sont menées pour « semer la terreur parmi la population ». « Les terroristes ne se sont pas contentés de frapper les oléoducs, mais ont également frappé les camions-citernes, menacé la vie des chauffeurs, les ont battus et tués », a souligné M. Ghadbane.
Le directeur de la raffinerie de Doura, Dathar al-Khachhab, a, pour sa part, déclaré que la raffinerie qui « couvre 50% des besoins (des cinq millions) de Bagdadis a été la cible de onze actes de sabotage durant les deux derniers mois seulement ». Bagdad est frappée par une pénurie de produits pétroliers et des files d’attente de plusieurs kilomètres de long se forment quotidiennement devant les stations-service.
La capitale connaît également une pénurie de gaz à usage domestique et des coupures du courant électrique. « Je ne vois pas de fin prochaine ou rapide à cette crise », a déploré le ministre irakien, en annonçant « le prochain déploiement d’une force pour protéger les installations pétrolières contre les saboteurs ».

• Kamal Taha AFP

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *