Israël fait la sourde oreille

Israël a ignoré dimanche les appels du président américain George W. Bush pour un retrait des villes palestiniennes réocuppées, le Premier ministre Ariel sharon déclarant qu’il ne serait pas possible de revenir à la situation qui prévalait avant le déclenchement de l’offensive en cours.
Le chef d’Etat-major israélien, le général Shaoul Mofaz, a évalué à 200 le nombre de palestiniens tués par l’armée israélienne depuis le déclenchement de son agression « rempart » le 29 mars en Cisjordanie, selon une source gouvernementale. Le général Mofaz a ajouté que treize militaires israéliens ont été tués et 143 blessés dans cette opération. 1.500 palestiniens ont été blessés, a-t-il précisé, dans un rapport présenté devant la réunion hebdomadaire du gouvernement à Jérusalem, selon la même source.
« Israël se trouve à un point de non retour car (le président de l’autorité palestinienne) Yasser Arafat et l’autorité palestinienne n’ont nullement l’intention de respecter un quelconque accord », a déclaré Sharon, en préambule à la réunion hebdomadaire du gouvernement israélien. « L’autorité palestinienne ne combattra pas le terrorisme quels que soient les accords (qui seront conclus) et nous ne pouvons accepter de revenir à la situation qui prévalait avant le déclenchement des opérations », a-t-il dit. Sans préciser de date, M. Sharon a ajouté qu’Israël « ferait tout ce qu’il peut pour apporter une fin rapide à l’opération rempart » déclenchée le 29 mars en Cisjordanie, répondant ainsi au président américain George W. Bush qui a demandé samedi à M. Sharon un « retrait sans délai ». Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell s’est dit « satisfait » des déclarations de Sharon, affirmant qu’il essayerait de « parler » avec Arafat durant sa tournée cette semaine au Proche-Orient.
Sur le terrain, l’agression israélienne s’est poursuivie sans relâche, l’armée occupant un nouveau village autonome près de Ramallah tandis que des combats meurtriers faisaient rage à Naplouse. Des soldats, appuyés par des chars et des véhicules blindés, ont pénétré dans la nuit de samedi à dimanche à Beit Rima, où ils ont fouillé des maisons, au lendemain de combats sanglants dans les secteurs réoccupés de Naplouse et Jénine, les plus violents depuis le début de l’agression. Israël a déclenché cette agression massive en Cisjordanie après le sanglant attentat suicide du 27 mars à Netanya (nord de Tel-Aviv), une opération qui a fait 27 morts, outre son auteur. à Naplouse, six palestiniens ont été tués par les tirs de soldats israéliens.
L’armée israélienne a affirmé avoir tué 30 combattants palestiniens en 48 heures de combats dans cette ville. Dans le sud de la bande de Ghaza, deux palestiniens ont été tués dans un échange de tirs près d’une colonie juive. Ces décès portent à au moins 1.805 personnes, dont 1.346 Palestiniens et 426 Israéliens, le nombre des tués depuis le début de l’Intifada, il y a 18 mois. Ce bilan est cependant de plus en plus difficile à établir du fait bouclage par Israël de secteurs déclarés « zones militaires fermées ». Samedi, des combats d’une rare intensité ont opposé l’armée israélienne à des palestiniens dans le camp de réfugiés de Jénine.
Au moins 35 Palestiniens ont été tués en cinq jours dans ce seul secteur, selon le ministre palestinien de l’Information Yasser Abed Rabbo. Le quotidien israélien à grand tirage Yédiot Aharonot a publié dimanche un témoignage des violents combats dans le camp de réfugiés de Jénine. « Des bulldozers démolissent des maisons, enterrant parfois sous leurs décombres, ceux qui ont refusé de se rendre. Les hélicoptères de combat tirent des roquettes. Les chars tirent au canon et à la mitrailleuse. Au sol, des centaines de charges explosives (placées par les palestiniens) et des voitures piégées. Des dizaines de ttireurs embusqués et des monceaux de ruines », écrit le journaliste Ron Leshem. à Bethléem, l’armée israélienne a appelé à nouveau dimanche matin par haut-parleurs les quelque 200 activistes palestiniens retranchés depuis mardi dans l’église de la nativité de Bethléem à se rendre. à Ghaza, un tribunal a condamné à mort six palestiniens accusés de collaboration avec Israël. La peine d’un condamné âgé de 15 ans a été commuée en emprisonnement à vie en raison de son jeune âge.
L’armée israélienne a renforcé son dispositif à la frontière nord où les incidents armés impliquant le Hezbollah Chiite Libanais se sont multipliés, selon le quotidien Maariv.
Dimanche, des combattants du Hezbollah ont à nouveau bombardé des positions de l’armée israélienne dans le secteur des fermes de Chebaa occupé par Israël.

• Jacques Pinto (AFP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *