La Banque mondiale estime que «l’INDH est sur la bonne voie»

La Banque mondiale estime que «l’INDH est sur la bonne voie»

«L’initiative nationale pour le développement humain est un projet très ambitieux  et novateur qui est sur la bonne voie»,  a affirmé  Françoise Clottes, chef du bureau de la Banque mondiale au Maroc lors d’une rencontre sur l’INDH qui s’est tenue à Casablanca, jeudi 31 janvier.
Dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action de la communication de l’INDH, la coordination nationale de cette initiative a décidé de lancer une fois par mois «le Jeudi média de l’INDH».
«L’objectif de cette rencontre est d’assurer un suivi régulier de l’actualité de l’INDH et d’aborder des thématiques liés au développement humain», a souligné Aziz Dadès, gouverneur, coordonnateur national de l’INDH. La première réunion sous le thème «Développement humain: outils de suivi-évaluation», a permis à plusieurs organismes et acteurs œuvrant dans le domaine du développement humain dont la Banque mondiale, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l’inspection générale de l’administration territoriale de se prononcer sur l’importance des outils et  des mécanismes de suivi. Parmi ces mécanismes, il y a  lieu de relever les visites territoriales et synthèses des rapports des services déconcentrés, les doléances, propositions et suggestions de la population, des élus et du tissu associatif. A ceci, s’ajoutent  les rapports d’audit des inspections ministérielles et audits privés, l’analyse de la presse nationale et internationale, les productions du Haut commissariat au Plan et de l’Observatoire national du développement humain , les différentes rencontres liées à la thématique ainsi que les propositions de la coopération internationale. Les différents outils et mécanismes de suivi-évaluation ont permis de mesurer l’impact des politiques publiques sur l’amélioration des conditions de vie de la population en termes de santé , d’éducation et de génération de revenus. Ils ont aussi permis d’évaluer l’adhésion et la mobilisation de l’ensemble des acteurs et des bénéficiaires autour des programmes gouvernementaux ciblant le développement humain et la mise en œuvre de la convergence des politiques publiques.  «Le développement humain est de nature multidimensionnel et demande un suivi constant et une évaluation régulière», indique Nadira El Guermai, coordonnatrice  nationale adjointe de l’INDH.  Du côté de la Banque Mondiale, Mme Clottes a indiqué que «la Banque mondiale accompagne le gouvernement dans ce projet depuis son lancement en 2005 à concurrence de 800 millions DH» avant d’ajouter qu’«il y’a une forte mobilisation à tous les niveaux. La participation joue un rôle primordial c’est pourquoi il est important d’inclure les femmes et les jeunes dans ce programme.  Le rôle du suivi est crucial. Il faut  être en mesure de mieux déployer les ressources et de rendre compte des résultats. La véritable question qui se pose est de savoir si l’on bouge dans la bonne direction et à quelle vitesse. Il est vrai qu’il y a un bon démarrage de l’INDH et que des mesures d’accompagnement doivent être prises. L’apprentissage est au cœur du projet». Le représentant du  PNUD,Mourad Wahba s’est félicité du déroulement de l’INDH et a indiqué que le ciblage est un élément important de ce projet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *