La France continue de brûler

La Corse et la Provence étaient toujours mardi aux prises avec de virulents feux qui ont brûlé près de 13.500 hectares, et des renforts sont arrivés dans le Var pour combattre l’incendie du massif des Maures, où trois pompiers ont trouvé la mort dans la nuit. Dans le massif des Maures, l’incendie qui a détruit jusqu’ici 4.500 ha continuait sa progression à l’ouest de Cogolin, non loin de la RD 14, en direction du hameau de Capelude à l’orée de la forêt de Collobrières. Il a cependant ralenti sa course, sans être ni fixé ni maîtrisé, au sud de Cogolin, là où il avait été le plus virulent dans la nuit. « Il y a désormais 1.600 hommes sur place et nous en attendons 400 de plus dans la matinée », a déclaré le lieutenant-colonel Jacques Baudot, responsable du PC feu de La Garde-Freinet. Vingt-cinq avions spécialisés dans la lutte contre les feux appuyaient mardi matin les forces au sol. Après la mort des trois pompiers à bord de leur camion cerné par les flammes, le président Chirac a exprimé mardi sa « profonde émotion » et son « soutien » à leurs familles, tout comme le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin qui a envoyé un « message de condoléances et de soutien » aux familles. En Haute-Corse, où la situation restait « préoccupante », selon la préfecture, quelque 800 hommes étaient mobilisés pour lutter contre les incendies « toujours actifs ». Le dernier bilan faisait état de 8.OOO ha brûlés depuis vendredi. Les lisières du feu qui s’est déclaré samedi sur le secteur de la commune de Santa-Maria-di-Lota, au nord de Bastia, étaient « toujours actives » mardi matin. Aucune maison n’avait été atteinte dans la nuit de lundi à mardi. La plupart des 550 foyers privés d’électricité lundi soir avaient été rétablis mais il restait encore mardi matin 74 foyers privés d’électricité, et 1.500 privés de téléphone. Le feu en Balagne, qui avait progressé lundi soir à Mausoléo dans la forêt de Tartagine, était également « toujours actif » mardi matin. Trois autres feux dans les secteurs de Santo-Pietro-di-Tenda, de Peligriggio et de Vezzani, étaient, eux-aussi, « encore actifs », selon la préfecture, qui précisait que les deux derniers étaient néanmoins « sur le point d’être fixés ». Quatre trackers et un avion Pélican ainsi que quatre hélicoptères Puma se relayaient sur ces incendies avec une vingtaine de militaires qui devaient être hélitreuillés pour pouvoir traiter les zones difficiles d’accès. Dans les Bouches-du-Rhône, le feu à Eygalières qui s’est déclenché lundi soir progressait « lentement » mardi matin et avait parcouru près de 1.000 ha de pinède et de broussailles, selon les pompiers. 800 hommes, appuyés par deux Canadairs arrivés en renfort dans la matinée, luttaient contre cet incendie, qui a débuté vers 20H00 lundi au bord d’une route départementale. Le feu était « fixé » mardi matin sur son flanc droit mais progressait « lentement » au centre, ont ajouté les pompiers.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *