La grippe aviaire se mondialise

Deux cas de H5N1 découverts en Autriche. Un canard infecté par le virus de la grippe aviaire découvert en France, nouveaux cas en Allemagne, Grèce, Italie et Slovénie ainsi que des mesures drastiques prises par les autorités égyptiennes et nigérianes. Le Maroc, étant toujours épargné, selon les affirmations officielles, l’attention se dirige vers le continent européen où l’épizootie prend de l’ampleur même si aucun cas de transmission à l’homme de ce virus qui a décimé des millions de volailles en Asie et causé la mort de 91 personnes dans le monde depuis 2003 – principalement en Asie -, n’a été signalé sur le Vieux Continent. L’Allemagne reste de loin le pays de l’UE le plus touché. Dix-huit nouveaux cas ont été signalés dimanche, portant à 59 le nombre total de cas avérés sur l’île de Rügen (nord-est), en mer Baltique. En Autriche, le virus se trouve aux portes de Viennes.
Deux nouveaux cas du H5N1 ont en effet été découverts samedi 18 février dans les environs de la capitale autrichienne, ce qui porte à sept le nombre total de cas décelés dans ce pays, a fait savoir le ministère de la Santé. L’Italie est le deuxième pays de l’UE le plus touché avec dix cas avérés après la confirmation dimanche 19 février d’un nouveau cas sur un canard sauvage.
En France, premier producteur et exportateur de volaille dans l’UE, un premier cas de H5N1 a été confirmé samedi soir sur un canard sauvage retrouvé mort le 13 février dans l’Ain (centre-est). D’autres cas sont à prévoir alors qu’une quinzaine d’oiseaux sauvages, retrouvés dans différentes régions, sont en cours d’analyses, selon le ministère de l’Agriculture.
Après cette confirmation, les autorités françaises ont cherché à rassurer la population et les éleveurs de volaille, durement touchés par la psychose de la grippe aviaire. La consommation de volailles a chuté de 70% en Italie. En Grèce, les ventes de poulets ont subi une baisse "estimée de 40 à 50%", selon l’Organisation interprofessionnelle des aviculteurs grecs.
Les ventes sont en baisse de 15% en moyenne en France, où le ministre de l’Agriculture Dominique Bussereau a annoncé le lancement d’une campagne publicitaire "en faveur de la consommation de la volaille" et promis aux éleveurs des "mesures de solidarité", notamment financières.
Une réunion des ministres européens de l’Agriculture devrait se tenir ce lundi à Bruxelles pour examiner les moyens de venir en aide à la filière avicole. Le ministre français de la Santé Xavier Bertrand, a, lui, détaillé les mesures de précaution prises par le gouvernement en cas de pandémie, un scénario très hypothétique – il faut une mutation du virus – qui pourrait cependant faire, selon des experts, des millions de morts à travers le monde. "Nous avons commandé jusqu’à 600 millions de masques, nous en avons déjà plus de 250 millions. Nous avons aussi commandé des médicaments" antiviraux Tamiflu, jugés efficaces contre la maladie, a assuré M. Bertrand à la radio.
La propagation du virus en France, carrefour des oiseaux migrateurs en Europe , inquiète également la Grande-Bretagne, jusqu’ici épargnée par le virus.
Une épizootie au Royaume-Uni "n’est pas inévitable, mais il est clair, bien sûr, qu’elle est plus probable qu’elle ne l’était quand elle était plus loin", a déclaré Ben Bradshaw, secrétaire d’Etat chargé de la Santé animale. M. Bradshaw a souligné que les volailles seraient confinés seulement "en cas de déclenchement de l’épidémie dans le pays". Au moins douze des 25 pays de l’UE ont déjà pris une telle mesure.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *