La piste de l’enlèvement ?

La piste de l’enlèvement ?

Abderrahim Boualam et Abdelkrim El Mouhafidi, deux employés marocains de l’ambassade du Royaume à Bagdad, sont portés disparus depuis jeudi 20 octobre 2005. Le premier est chauffeur à cette chancellerie, le deuxième est agent d’exécution. Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, relayé par la MAP, les deux diplomates marocains s’étaient dirigés vers la capitale jordanienne à bord d’un véhicule de l’ambassade pour récupérer leurs salaires à la chancellerie marocaine au Royaume hachémite. A en croire le département de Mohamed Benaissa, les deux diplomates ont bel et bien retiré leurs salaires à ladite chancellerie et quitté la Jordanie pour regagner leurs postes en Irak . Depuis, aucune nouvelle d’eux.  "Dès que leur retard a été confirmé, y compris auprès de leurs familles, l’ambassade du Maroc à Bagdad a saisi les autorités irakiennes de la question. Les recherches appropriées et contacts nécessaires se poursuivent actuellement en relation avec les autorités et responsables irakiens concernés", lit-on dans le communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération.
Malgré plusieurs appels d’ALM, l’ambassade marocaine en Irak restait injoignable dans la soirée de lundi et la matinée du mardi 25 octobre 2005. Cette chancellerie, l’une des rares ambassades arabes à rester ouverte après le déclenchement de la guerre contre l’Irak, est toujours administrée par Abdelkarim Essadek
Le 24 juin dernier, la Map, se basant sur des déclarations officielles, avait annoncé une décision marocaine de nommer un ambassadeur en Irak. Chose qui n’a pas été concrétisée jusqu’à ces jours. L’ambassade irakienne à Rabat est ouverte et un nouvel ambassadeur y a été nommé en la personne de Abdul Muhsin Saeed. Ce dernier déclarait dernièrement à notre journal que « le ministère irakien des Affaires étrangères tient à remercier fermement le gouvernement marocain d’avoir laissé ouverte son ambassade en Irak, malgré les difficultés. Et il ne faut pas oublier que le chargé d’affaires marocain en Irak est un ministre plénipotentiaire ». 
Contacté par ALM en début de soirée du lundi 24 octobre 2005, Mohamed Benaissa a refusé de répondre à nos questions. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, visiblement débordé, avait des invités pour le dîner… Hormis le communiqué annonçant la disparition des deux diplomates marocains en Irak, ce département n’avancera pas la moindre information supplémentaire.
Après le déclenchement de la guerre contre l’Irak, plusieurs familles marocaines avaient dû rentrer au Maroc alors que, selon des déclarations officielles, près de 280 ressortissants marocains étaient toujours installés dans ce pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *