Lancement de la ligne Taourirt-Nador

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a lancé, mercredi 5 juillet à Nador, les travaux de construction de la ligne ferroviaire Taourirt-Nador, un important projet structurant mobilisant des fonds de l’ordre de 2,38 milliards de DH, et qui, selon les premières estimations de trafic, doit permettre l’acheminement d’un volume annuel de 1,5 million de tonnes de marchandises diverses et de 500.000 voyageurs avec une fréquence de 10 trains aller-retour par jour. A son arrivée, SM le Roi a suivi d’amples explications sur ce projet d’envergure qui vise à désenclaver la région de l’Oriental en l’intégrant, par voie ferroviaire, dans les échanges commerciaux et le transport touristique avec les autres régions du Royaume.
Ce projet structurant, de par ses retombées économiques et sociales profitables, confirme la volonté politique des partenaires du contrat-programme Etat-ONCF (2005/09) d’accélérer la cadence de construction des infrastructures d’extension du réseau ferroviaire en consolidant le mode de transport par rail comme un acteur majeur incontournable dans la politique nationale de transport à l’heure des réformes et de la libéralisation économique. Ce contrat-programme, qui mobilise des investissements totalisant 15,5 milliards de DH, porte sur l’extension, l’augmentation de capacité et la mise à niveau du réseau ferré national afin de permettre au mode ferroviaire de contribuer activement à promouvoir une dynamique soutenue de croissance économique à impact régional plus accentué.
D’une longueur de 117 km, cette nouvelle ligne ferrée qui sera opérationnelle en juin 2008, sera financée par le Fonds Hassan II pour le développement économique et social à hauteur de 900 millions de DH, le budget de l’Etat avec 960 millions de DH et le reliquat sera apporté par des participations complémentaires.
Cette nouvelle desserte ferroviaire comporte, outre la construction de la gare maritime, l’édification des gares de Beni-Enzar, de Nador voyageurs, Zegangan, Hassi Berkane, Ouled Rahou et celle de Melga El Ouidane, ainsi qu’une galerie à double voie qui traversera la ville de Nador. La particularité de construction de cette nouvelle ligne, au même titre que tous les autres projets d’extension et de doublement en cours dans le réseau, se traduisent par une meilleure sécurisation des circulations aux intersections rail-route, en raison de l’absence totale de passages à niveau. Tous les croisements entre le rail et la route sont sécurisés par l’édification directe d’ouvrages de franchissement (ponts-routes ou ponts-rails).Ce projet, dont la cérémonie de signature avait été présidée par SM le Roi Mohammed VI, le 20 juillet 2004 à Nador, a pris en considération les multiples atouts et ressources dont dispose la région de l’Oriental. Revêtant un caractère structurant, ce projet s’inscrit dans le cadre de la nouvelle stratégie visant le développement intégré et équilibré des différentes régions du Royaume et permettra l’intégration de la région de l’Oriental dans le tissu socio-économique national. Avec une population de près de 2 millions d’habitants, dont 87 % se trouvent concentrés au Nord entre Nador, Oujda et Taourirt, des richesses minières abondantes et un volume de marchandises d’environ 1,5 million de tonnes, transitant annuellement par le port de Nador, l’Oriental constitue une région potentiellement captive pour le transport ferroviaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *