L’axe de l’union

L’axe de l’union

Sa Majesté  le Roi Mohammed VI a reçu, samedi 21 mars, à Fès, Ahmed Kadhaf Al Dam, émissaire du chef de l’Etat libyen. Le messager du guide de la Jamahiriya a indiqué, à l’issue de cette audience, avoir transmis au Souverain un message portant sur «la situation dans la région du Maghreb arabe, en Afrique et dans le monde arabe». M. Kadhaf Al Dam a aussi exprimé «son optimisme quant à l’avenir des relations maroco-libyennes», soulignant qu’elles connaîtront «davantage de développement et de coopération pour faire face aux défis auxquels est confrontée notre région». Une affirmation très significative venant de l’homme de confiance et fils du guide de la Jamahiriya. L’optimisme affiché par M.Kadhaf Al Dam se justifie pleinement car le Royaume et la Jamahiriya sont deux pays qui portent les mêmes préoccupations pour la sauvegarde de l’unité africaine et sont, de ce fait, toujours prêts à répondre favorablement à toute demande de médiation dans les conflits qui opposent, de temps en temps, des pays africains. Et c’est avec le même engagement qu’ils interviennent dans certains conflits internes dès qu’ils sont sollicités par les parties adverses pour retrouver le chemin de la réconciliation.  Cet engagement, désintéressé et volontaire, est commun aux deux pays. Et, parfois, ils conjuguent leurs efforts pour faire avancer les choses dans des dossiers qui connaissent des blocages comme ce fut le cas pour le conflit opposant le Soudan et le Tchad le 21 mars 2006. SM le Roi avait alors accordé une audience à M. Kadhaf Al Dam à Laâyoune où le Souverain entamait une tournée dans les provinces du Sud.  
Aujourd’hui, la Jamahiriya, comme le Royaume travaillent, ensemble, pour aider la Mauritanie à dépasser la crise politique et constitutionnelle qu’elle traverse. Préoccupés par l’intérêt du peuple mauritanien à préserver son unité et sa stabilité, ils conjuguent leurs efforts pour aider les deux parties de ce conflit interne à parvenir à une solution garantissant le retour dans les plus brefs délais à la normalité et à l’ordre constitutionnel. Ce qui est en cours de réalisation grâce à l’axe de l’union que représentent Rabat et Tripoli.
Les efforts déployés par le Maroc et la Libye, individuellement et conjointement, montrent que leur volonté de l’union est plus forte que celle de la division qui persiste chez certains pays de la région. Le premier noyau de l’Union du Maghreb arabe n’a-t-il pas été créé en 1984 à travers l’Union arabo-africaine ? Une initiative maroco-libyenne qui incarnait un beau rêve mais qui avait été chahutée par ceux qui, dans la région, ont toujours œuvré pour la division, la déstabilisation et l’éclatement de la région. Malheureusement, 25 ans après, ils continuent à le faire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *