Le centre Lahcen Lyoussi et l’Espagne

Le centre Lahcen Lyoussi et l’Espagne

Le Centre Lahcen Lyoussi organise, le vendredi 3 décembre à Rabat, un colloque sur le thème : « Maroc- Espagne : coopération et partenariat ». Cette rencontre sera animée par un parterre de professeurs universitaires et de personnalités marocaines et espagnoles du monde des affaires qui débattront sur les différents aspects des relations maroco-espagnoles. Les débats tourneront autour de deux questions principales, à savoir « les contraintes et les potentialités des relations bilatérales » et « la dimension des relations Maroc-Espagne ».
Parmi les intervenants espagnols invités à cette occasion, figurent le directeur de la revue « Politica Exterior », Dario Valcarcel, le directeur du « Groupe des entreprises de services professionnels et de consulting » de Madrid, Pedro Montoya, qui parlera des « Opportunités des investissements espagnols au Maroc », Andreu Claret, directeur de l’Institut catalan de la Méditerranée, qui interviendra sur le thème de la portée méditerranéenne des relations entre les deux pays, ainsi que Domingo del Pino, consultant de la revue « Politica Exterior ».
Côté marocain, le ministre du Commerce extérieur, Mustpaha Méchahouri, fera une intervention sur le thème : « Les atouts et les potentialités des échanges commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ». De son côté, le professeur Abdelkrim Belguendouz, de l’université Mohammed V, animera une conférence sur le thème : « La question migratoire et la dimension humaine de la coopération Maroc-Espagne ».
Dans une fiche de présentation du colloque, l’initiateur de l’idée explique que, « de ce dialogue fécond, le Centre Lahcen Lyoussi attend des éléments significatifs de réponse à des questions de fond posées au processus de coopération et de partenariat privilégié entre les deux pays ».
Partant du constat que « le Maroc et l’Espagne n’ont pas d’autre choix que des relations de coopération et, plus encore, de partenariat », le Centre Lahcen Lyoussi estime que les deux pays, « signataires tous deux de la déclaration de Barcelone de novembre 1995 » doivent « donner aux relations futures une dimension nouvelle fondée sur la coopération globale et solidaire qui soit à la hauteur de la nature privilégiée des liens forgés par le voisinage et l’histoire ». Le Centre conclut, dans la présentation du colloque, que les deux pays s’étaient « engagés de plain pied pour donner forme et contenu à un espace économique euro-méditerranéen devant conduire, à l’horizon 2010, à une zone de libre-échange » et que « si le Maroc a signé un accord d’association avec l’Union européenne, en Février 1996, il n’en partage pas moins avec son voisin des relations particulières liées à des aspects géographiques, historiques, culturels et économiques ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *