Le CRT de Rabat tient sa session

Le président du CRT, Samir Kheldouni Sahraoui a présenté, le 15 mars 2006, devant le wali et les élus de Rabat, le bilan d’activité du CRT de Rabat et Région pour l’année 2005, les comptes du CRT tels que certifiés par le Commissaire aux comptes ainsi que le plan d’action du CRT pour l’année 2006. En quinze mois, ce collège formé des élus, de l’autorité locale et des professionnels a fait du chemin.
Après avoir rappelé le cadre conceptuel de la vision 2010, de l’Accord cadre du 10 janvier 2001 et de l’Accord d’application du 29 octobre 2001qui ont, entre autres, prôné la régionalisation de la politique touristique nationale, et de la planification stratégique, le président en exercice a brossé un tableau de la situation du tourisme international et du tourisme national en 2005.
Il a en outre indiqué, rappelant le rapport de l’Organisation mondiale du tourisme, que le secteur s’est bien comporté en 2005 malgré une conjoncture politique internationale difficile.
Abordant le chapitre du Bilan du CRT de Rabat, le président a rappelé les diverses étapes franchies 15 mois après la création du CRT de Rabat et Région.
Sur le plan des ressources financières, le CRT de Rabat et Région a bénéficié d’une allocation de ressources globales de 1.019.550 Dh pour l’exercice 2005 dont 300.000 Dh ont été versés par l’ONMT et 600.000 Dh , versés en novembre 2005 par le Conseil de la Région, le reste provenant des cotisations des Membres.
En terme de dépenses, le CRT de Rabat a employé 124.000 Dh au cours de l’exercice 2005 et le président a, à ce titre, rappelé qu’il a volontairement mené une politique de gestion prudente des ressources afin d’en employer l’essentiel dans l’investissement en lieu et place du fonctionnement.
Le président a indiqué que sa priorité se situe au niveau de l’élaboration du PDR de Rabat aujourd’hui bien avancé grâce à la mobilisation d’une équipe dédiée.
Ce programme énoncera la problématique touristique de la ville de Rabat et proposera une stratégie de rupture avec l’image de Rabat «ville administrative» dont il convient d’activer le décollage touristique, d’autant que la capitale du Royaume recèle, selon le président du CRT, de toutes les conditions nécessaires à la réussite d’une destination et ce, tant sur le plan de l’infrastructure que de la desserte autoroutière, aéroportuaire et ferroviaire, que des ressources humaines et de l’infrastructure sanitaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *