Le Maroc, un «lion de l’Afrique»

Le Maroc a été cité, mardi, par le quotidien britannique des milieux d’affaires «Financial Times», parmi «les lions de l’Afrique», en référence aux pays du continent qui réalisent un fort taux de croissance économique et qui représentent 70% du Produit intérieur brut (PIB) du continent. Le journal, qui se base sur une étude du Boston Consulting Group (BCG), souligne que ce groupe de pays qui comprend le Maroc, l’Afrique du Sud, l’Egypte, la Libye, l’Algérie, la Tunisie, le Botswana et les Iles Maurice, réalise un PIB collectif supérieur à la moyenne enregistrée par les pays Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine). L’étude relève que les 40 plus grandes compagnies africaines, dont la majorité sont basées au Maroc, en Afrique du Sud et en Egypte, ont réalisé une croissance qui leur permet de s’imposer parmi les concurrents émergents sur le plan international. Les performances de ces compagnies, dont le chiffre d’affaires est estimé entre 350 millions et 80 milliards de dollars, se comparent désormais à celles de leurs homologues dans les pays Bric, indique le Financial Times, soulignant que 500 compagnies africaines ont réalisé depuis 1998 un taux de croissance annuel de plus de 8 %. Les 40 premières compagnies sélectionnées, qui sont déjà des acteurs régionaux dans les secteurs des mines, des industries de consommation et des services, sont bien placées pour élargir leur champ d’activité à l’échelon international. La croissance des exportations a renforcé l’expansion de ces compagnies, note la publication, expliquant que les exportations dans les pays désignés se sont accrues de 3 % annuellement durant les années 1990 avant que de passer à 18 % depuis l’an 2000.
Il s’agit d’un taux similaire à celui réalisé par des pays comme la Chine, l’Inde et la Russie et supérieur à celui du Brésil, indique le Financial Times, toujours citant l’étude du BCG. «L’étude doit attirer l’attention des compagnies occidentales et des clients du BCG au potentiel d’un marché africain de 1 milliard de personnes et à l’émergence de partenaires potentiels et concurrents en Afrique», souligne Patrick Dupoux, un des auteurs de la recherche. «Nous avons toujours parlé des tigres d’Asie», observe le chercheur basé au Maroc, soulignant l’émergence des «lions de l’Afrique». «Il s’agit de pays qui vont tirer la croissance en Afrique et en faire une locomotive», ajoute-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *