Le patronat dénonce une fiscalité handicapante

Les prélèvements fiscaux sur l’économie marocaine «handicapent sérieusement» le produit national avec un taux de 13 % contre 8 % dans les pays concurrents, a indiqué vendredi Hassan Chami, le président du patronat marocain (CGEM), dans un entretien au quotidien l’Indépendant. «Nous demandons à l’Etat de revoir sa politique fiscale pour que les prélèvements fiscaux soient au même niveau que ceux pratiqués par les économies concurrentes», a-t-il notamment déclaré. A titre d’exemple, explique-t-il, la facture présentée à un touriste visitant le Maroc comprend 20 taxes locales, et sur un salaire marocain de 5000 dirhams, l’Etat prélève 44% d’impôts. «Pour bien lutter contre le chômage, il faudrait, estime M. Chami, baisser les prélèvements sur les salaires pendant les trois ou quatre premières années de travail».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *