Le takfiriste Youssef Âddad était sous les verrous sous une fausse identité

Youssef Âddad, l’un des proches de l’ «émir de sang», Youssef Fikri, était sous les verrous. C’est ce qui a été révélé par des sources judiciaires. Né le 2 décembre 1980 à Youssoufia, le jeune homme était détenu à la prison de Salé où il purgeait une peine de quatre mois pour vol à l’arraché.
La vraie identité de ce prisonnier vient d’être découverte quelques jours avant avant sa remise en liberté. Issu de douar Sekouila à Casablanca, Youssef Âddad, alias Abdelkrim, est considéré comme un dangereux membre de la Salafiya Jihadia. Il faisait avant cette intéressante découverte l’objet d’un avis de recherche à l’échelle nationale depuis l’arrestation de son émir, Youssef Fikri, en juin 2002. Il est soupçonné d’avoir participé avec ce dernier, condamné par la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca à la peine capitale et Abdelmalek Bouizgarne, arrêté récemment à Berrechid, au moins à trois meurtres, dont celui de Omar Farrak et le clerc de notaire, Abdelaziz Assadi et à un hold-up qui a visé en fin 2001, l’agence de REDAL à Salé. Youssef Âddad avait rencontré Abdelkrim El Mejjati, alias Abou Ilyas, l’un des cerveaux des attentats du 16 mai à Casablanca qui est recherché également par les autorités saoudiennes et espagnoles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *