Le wali de Lâayoune Mohamed Guelmous serait sur le départ dans le cadre du prochain mouvement des walis et gouverneurs du Royaume.

Avec l’usure du pouvoir, et son intensité, la capacité d’arbitrage du wali entre les différentes familles politiques de la capitale du Sahara s’est émoussée. Le PAM et l’Istiqlal, notamment, sont au coude-à-coude. La neutralité passive de l’administration participe à la dégradation du climat politique.  Et les grandes familles locales considèrent que la situation, à défaut d’un partage clair du leadership porte préjudice à leurs intérêts.    

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *