Les personnes qui fuient Tindouf, le font au péril de leur vie

Les Sahraouis qui arrivent à s’échapper des camps de Tindouf, au sud-ouest de l’Algérie, pour regagner le Maroc «le font au péril de leur vie et de celle de leurs proches», a affirmé le premier vice-président du comité national pour la politique étrangère américaine, Peter Pham. «J’ai personnellement entendu des récits faisant état des grands dangers et des risques qu’encourent les Sahraouis avides de fuir les affres d’une séquestration insoutenable pour regagner les leurs au Maroc», a souligné mercredi M. Pham dans un entretien accordé à la MAP, notant que cette «situation met en avant le déni flagrant des droits de l’Homme et des libertés fondamentales dans les camps de Tindouf». Peter Pham a aussi relevé que les Sahraouis qui arrivent à fuir la séquestration sont «représentatifs de cette grande majorité silencieuse parquée dans les camps de Tindouf et qui ne peut faire de même de crainte que les leurs subissent des représailles de la part des milices du Polisario».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *