Madrid a «mal géré» ses relations avec Rabat depuis l’échec des négociations de pêche

Le gouvernement Aznar devait opter pour une démarche positive et viable dans ses relations avec le Maroc et éviter le recours à l’option militaire dans la crise de l’île Toura, ont estimé dimanche des experts espagnols de politique internationale.
Lors d’un débat sur la plate-forme électronique «canal digital» sur l’avenir des relations maroco-espagnoles, le diplomate-écrivain José Maria Ridao et l’historien Antonio Elorza ont estimé que le gouvernement espagnol est responsable de l’aggravation de la crise avec Rabat car il était incapable d’apporter des réponses adéquates à tous les problèmes posés entre les deux pays depuis l’échec des négociations de pêche maroco-communautaires, en avril 2000. Le gouvernement espagnol «a laissé la pêche polluer les relations avec le Maroc», a noté Ridao qui a soutenu que jusqu’au 11 juillet, Madrid avait entre les mains des solutions viables sans recourir à l’option militaire.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *