Maroc-Belgique : Consolider l’amitié

Maroc-Belgique : Consolider l’amitié

Elever la coopération bilatérale au niveau des excellentes relations d’amitié qui lient les deux pays. C’est l’objectif auquel s’attellera la haute commission maroco-belge qui entame, aujourd’hui à Marrakech, la première session de ses travaux, sous la co-présidence des deux Premiers ministres Driss Jettou et Guy Verhofstadt. A l’ordre du jour, outre la coopération économique, le volet politique ne manquera pas d’être soulevé. Selon nos informations, le Premier ministre Driss Jettou évoquera avec son homologue belge la question sur le projet d’autonomie pour les provinces du Sud. La Belgique, qui  siège au Conseil de sécurité en tant que membre non permanent, sera invitée à se prononcer sur l’offre marocaine lorsqu’elle sera présentée en avril prochain audit Conseil. S’agissant du volet économique, cette première réunion, qui marque le lancement des travaux de la haute commission mixte, intervient dans une conjoncture où les échanges commerciaux entre les deux pays se sont améliorés. Les opérations d’import et d’export, qui se sont élevées à quelque 777 millions d’euros en 2005, se sont développées davantage ces deux dernières années.  Considérée comme l’un des débouchés européens importants pour les textiliens marocains, la Belgique l’est également pour les produits des industries chimiques, les produits minéraux et végétaux, ainsi que les produits des industries alimentaires et des boissons. Les produits importés par le Maroc, quant à eux, varient entre les matières plastiques, le matériel de transport et le matériel électrique. Autre preuve de l’embellie que connaissent les relations entre Rabat et Bruxelles, la Belgique s’est appliquée à renforcer sa présence économique au Maroc à travers le Salon « Belgica » ; sur le plan culturel, il y a lieu de souligner la participation d’une forte délégation de la Wallonie-Bruxelles lors de l’édition 2007 du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca, ceci sans compter l’implication de la Belgique dans le chantier social et professionnel, à travers notamment son programme de coopération pour la lutte contre la précarité, la coopération avec l’Office national de l’eau potable (ONEP) pour l’élaboration d’une cartographie destinée à moderniser les méthodes de mise à jour et de gestion des plans de réseau de distribution, en plus des projets d’infrastructures d’assainissement et la coopération dans les domaines agricole, de la formation professionnelle, de la justice et de la santé. Dans le domaine de l’investissement, plusieurs entreprises belges ont élu domicile au Maroc en s’engageant dans la réalisation d’importants chantiers dans différents secteurs tels que le bâtiment, les nouvelles technologies et les services. Pour s’en rendre compte, il suffit de rappeler que le projet d’aménagement de la station touristique de Lixus, à Larache, est piloté par la société Salixus, laquelle regroupe deux opérateurs économiques mondiaux dont le géant belge de l’immobilier Thomas et Piron, sans compter la contribution d’un consortium belge à la réalisation de travaux d’accostage de terminaux à conteneurs et d’un quai de service utilisé pour les remorqueurs au port de Tanger-Méditerranée.
A cela il faut ajouter que la Belgique compte, avec la France et l’Espagne, le principal de la communauté marocaine établie à l’étranger.
En capitalisant sur ces acquis, la haute commission mixte tâchera d’ouvrir de nouvelles perspectives à la coopération entre les deux Royaumes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *